Le Pen donne une interview au journal du parti néonazi grec Aube dorée

le
0
Le cofondateur du Front national Jean-Marie Le Pen.
Le cofondateur du Front national Jean-Marie Le Pen.

Jean-Marie Le Pen sait désormais qui est Aube dorée. Alors qu'il affirmait au mois de mars de l'année dernière ne pas connaître "du tout" le parti néonazi grec, précisant n'avoir "pas de relation" avec la formation, Jean-Marie Le Pen a accordé un entretien à deux de ses journaux affiliés, comme le révèle ce jeudi Mediapart.

Le cofondateur compare notamment dans ces interviews publiées dans Empros ("En avant"), le journal détenu par des cadres du parti, et Chryssi Avghi ("Aube dorée"), le journal officiel de l'organisation, sa situation à celle du parti jugé pour appartenance à "une organisation criminelle" à la suite du meurtre par l'un de ses membres de l'artiste de hip-hop, sympathisant d'extrême gauche, Pavlos Fyssas. Jean-Marie Le Pen affirme ainsi aux journaux "comprendre ce que traverse Aube dorée". "J'ai été traqué et j'ai subi des injustices", précise-t-il.

Exclu à la fin du mois d'août du Front national par le bureau exécutif du parti, Jean-Marie Le Pen rend par ailleurs hommage à Aube dorée, dont les textes fondateurs se réfèrent à l'idéologie nazie. Le cofondateur du parti frontiste qualifie ainsi le mouvement grec de "manivelle qui va mettre en mouvement l'Europe". Le député européen se vante même de "connaître" les eurodéputés d'Aube dorée. "Je leur serre la main. Ils se distinguent. Et je me réjouis, car quand je salue les députés d'Aube dorée, les autres s'énervent", déclare...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant