Le patron du comité sur la fiscalité écologique claque la porte

le
0

PARIS (Reuters) - Plusieurs associations environnementales ont apporté lundi leur soutien à Christian de Perthuis, qui a démissionné de son poste de président du Comité pour la fiscalité écologique (CFE) après la suspension de l'écotaxe par le gouvernement.

Le CFE a été créé en 2012 sous l'égide des ministères de l'Economie et de l'Environnement pour proposer des pistes sur l'évolution de la fiscalité verte en France.

Ses travaux ont notamment été à l'origine de la création dans la loi de Finances 2014 d'une contribution climat-énergie, destinée à mettre progressivement en place une taxation sur les émissions de gaz à effet de serre des principaux carburants.

La fédération France nature environnement (FNE) a jugé la démission de l'économiste "parfaitement légitime".

"La fiscalité écologique est le parent pauvre d'une politique écologique indigente", a déclaré Benoît Hartmann, porte-parole de la FNE. "La fiscalité ne peut plus être dictée par la somme des intérêts des camionneurs, agriculteurs, pétroliers et autres banquiers."

Le gouvernement a annoncé jeudi la suspension sine die du dispositif de péage transit poids lourds, une version réduite de l'écotaxe, provoquant un tollé chez les Verts.

Ségolène Royal a justifié cette décision par les difficultés économiques des transporteurs routiers, qui avaient menacé de bloquer le pays si la taxe n'était pas suspendue.

"La démission de Christian de Perthuis traduit l'urgence que gouvernement prenne enfin ses responsabilités", a écrit Matthieu Orphelin, porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot.

UN COMITÉ BLOQUÉ

L'ancien animateur de télévision, devenu "envoyé spécial" de François Hollande pour la protection de la planète, a récemment participé avec Christian de Perthuis à la rédaction d'une tribune enjoignant le gouvernement de s'attaquer, à travers la fiscalité verte, aux subventions aux énergies fossiles en France.

Le courroux des militants de l'environnement est accentué par le calendrier de cette suspension, annoncée quelques jours avant le vote mardi de la loi de transition énergétique à l'Assemblée nationale, marqueur écologique du quinquennat.

Le député Bertrand Pancher, en charge des questions d'écologie au groupe UDI, a salué la qualité de l'économiste spécialiste de la fiscalité verte, appuyant sa démission en raison du "manque de courage politique" du gouvernement.

"L'immobilisme et la léthargie de l'Etat ont visiblement eu raison de Christian de Perthuis, et comme on le comprend! Privé de réunion depuis des mois et avec des ministères qui font la sourde oreille à ses relances, le Comité ne peut plus avancer dans ses travaux", écrit Bertrand Pancher dans un communiqué.

Le comité sur la fiscalité écologique avait notamment proposé en 2013 d'augmenter rapidement les taxes sur le diesel, moins élevées que celles appliquées à l'essence, parallèlement à la mise en place de la contribution climat énergie.

Le gouvernement a inscrit dans le projet de loi de Finances 2015 une hausse de deux centimes sur le diesel, dont les revenus seront affectés au budget de l'Agence de financement des infrastructures de transport de France (AFITF).

(Marion Douet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant