Le patron du 36 Quai des Orfèvres mis en examen

le
0
Bernard Petit, le patron du 36 Quai des Orfèvres, a été mis en examen pour corruption.
Bernard Petit, le patron du 36 Quai des Orfèvres, a été mis en examen pour corruption.

Après avoir passé, jeudi, près de deux heures au dépôt du palais de justice, Bernard Petit, directeur de la police judiciaire de la préfecture de police, a été présenté à Charlotte Bilger et Roger Le Loire, les deux magistrats du pôle financier du TGI de Paris. Au terme de plusieurs heures d'audition, les juges l'ont mis en examen notamment pour violation du secret de l'instruction. Deux autres mises en examen devraient suivre, celle de Richard Atlan, directeur de cabinet de Bernard Petit, arrivé dans ses bagages au moment de sa prise de fonction l'an dernier, et celle de Philippe Lemaître, un policier détaché auprès de l'Association nationale d'action sociale (Anas), qui gère les oeuvres sociales des fonctionnaires du ministère de l'Intérieur. Joaquin Masanet, patron indéboulonnable de l'Anas, sera, lui, déféré vendredi devant les juges d'instruction. Figure du syndicalisme policier "C'est tout le système Masanet qui s'écroule", affirme une source judiciaire. Selon nos informations, Joaquin Masanet est suspecté d'avoir mis en oeuvre ses relations pour rendre service à Christian Prouteau, préfet et ancien patron du GIGN, mis en examen pour corruption de fonctionnaire dans le cadre du dossier Christophe Rocancourt. Massanet, considéré comme l'initiateur de cette affaire, est une figure du syndicalisme policier, relayant les réformes des gouvernements socialistes auprès de la base. Il dirigea un temps le premier syndicat de gardiens de...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant