Le pape François veut reconquérir Genève, la ?Rome protestante?

le
0
Le pape François. Image d'illustration.
Le pape François. Image d'illustration.

Il s'appelle Pascal Desthieux. Né à Genève il y a 45 ans, il a toujours voulu être prêtre. Ordonné à Lausanne en 1997, ce docteur en théologie vient d'être nommé vicaire épiscopal, avec pour mission de créer un évêché dans la ville du bout du lac. La tâche sera loin d'être facile. Pierre de Baume, le dernier prélat de Genève, a été chassé par la population en 1533. Beaucoup plus tard, en 1865, le pape Pie IX avait bien tenté d'imposer l'abbé Mermillod comme évêque auxiliaire de Genève. Mais le pauvre religieux n'aura tenu que du 30 novembre au 7 décembre 1865, le temps que le Conseil fédéral (le gouvernement) ne l'expulse de Suisse?

En 1874, Berne inscrit même dans sa Constitution qu'un évêché ne peut pas être érigé sur son territoire sans sa bénédiction. Depuis, les relations se sont réchauffées avec le Vatican, et l'article 72 a finalement été abrogé en 2001. Malgré tout, l'Eglise catholique avance encore avec une extrême prudence. Genève est encore considérée par beaucoup de réformés comme la Rome protestante. L'année dernière, Charles Morerod, l'évêque de Fribourg, profite de son voyage au Vatican pour expliquer au pape François qu'il est difficile d'être proche des fidèles quand on supervise un si grand diocèse.

La hache de guerre n'est pas déterrée

En effet, l'évêché est installé dans la petite ville de Fribourg (30 000 habitants), près de Berne, à 140...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant