Le nombre de logements sociaux financés en baisse de 9% en 2014

le
5

Cette baisse était prévisible, selon le ministère du Logement. Aujourd’hui, 1,7 million de demandes de logements sont en attente.

L’an dernier, 106.414 logements sociaux ont été financés en France, soit 9% de moins qu’en 2013, en raison notamment du blocage de «nombreux projets» de construction par des maires élus au printemps, a annoncé mardi le ministère du Logement. En 2013, 117.065 logements HLM (métropole, hors DOM et hors Anru) avaient reçu leur agrément. L’an dernier, si l’on ajoute les logements financés dans les départements d’Outre-mer (6.300) et ceux des quartiers ANRU (6.661) le total des logements sociaux financés s’élève à environ 120.000, en recul de 12%.

«Cette baisse, prévisible du fait de l’attentisme généré par toute élection municipale, a été renforcée par la remise en cause de nombreux projets bloqués par des nouveaux maires» élus au mois de mars, commente le ministère dans un communiqué. En juin 2014, l’Union sociale pour l’habitat (USH), qui coiffe quelque 750 organismes HLM, avait alerté le ministère sur un ralentissement de la production de logements sociaux, lié au «réexamen, voire la remise en cause», par les nouvelles municipalités, «des opérations programmées» par leurs prédécesseurs.

Depuis, «nous observons une reprise de certains projets, mais la taille des opérations est souvent (revue) à la baisse», a précisé à l’AFP Marianne Louis, secrétaire générale de l’USH. Dans ce contexte, la ministre Sylvia Pinel «appelle chaque maire à contribuer à l’effort de production de logement social et à respecter les obligations de la loi Solidarité rénovation urbaine (SRU)», qui impose aux communes d’avoir 25% de logements sociaux.

5000 logements HLM «à très bas loyer» d’ici 2018

Aujourd’hui alors que 1,7 million de demandes de logements sociaux sont en attente, «la mixité sociale est un impératif pour mieux vivre ensemble», rappelle-t-elle. Les logements HLM se divisent en trois grandes catégories: les PLAI ciblant les ménages les plus démunis, les PLUS destinés aux classes moyennes et le PLS pour les ménages les plus aisés, parmi ceux pouvant prétendre au logement social.

Or, du fait de la programmation de l’État, les trois quarts des logements sociaux financés l’an dernier sont des PLUS (51.490) et PLS (26.475), contre seulement un tiers de PLAI (28.449), destinés aux ménages les plus démunis, dont le nombre s’accroît pourtant. Ces logements coûtent cher à produire, car ce sont les plus subventionnés et de fait, ils ne représentent que 4% du parc actuel. Et d’ici 2018, les bailleurs sociaux doivent construire 5.000 logements HLM à «très bas loyer» ou «super PLAI» avec le soutien de l’Etat.

Une série de mesures en faveur du logement social ont été prises par l’Etat, telles que «l’aide aux maires bâtisseurs, un taux de TVA réduit à 5,5%, l’exonération de la taxe foncière sur les propriétés bâties, l’aide à la pierre, la mobilisation de plus d’un milliard d’euros avec Action Logement et le maintien du taux du Livret A à 1%», souligne le ministère.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le mercredi 28 jan 2015 à 06:22

    C'est la conséquence de la politique budgétaire à fin électoraliste pratiquée par les socialistes. Ils ne font pas les économies où il faut les faire car c'est l'Etat qui est malade de sa tête intervenant là où il n'a rien à faire et pas où il ya beaucoup à faire Mais électoralement comme cela touche la fonction publique : son électorat en grande majorité alors l'argent ne va pas où il devrait aller

  • M3366730 le mardi 27 jan 2015 à 23:02

    Effectivement GNAPI, mais ce n'est pas pour demain et quand c'est pas mes copains ou la famille, pourquoi se priver comme l'a si bien dit un de ces parasite "cela ne coûte rien, c'est l'état qui paie" et idem dans certains mairies ou régions.

  • nitram.g le mardi 27 jan 2015 à 18:20

    bravo..

  • gnapi le mardi 27 jan 2015 à 16:46

    En tout cas cela démontre que l'afflux de liquidité sur le livret A jusqu'à mi 2014 n'a pas servi à grand chose.

  • gnapi le mardi 27 jan 2015 à 16:45

    Nos élus et autres occupants non justifies aurait ils l'obligeance de céder leur place à qui en a besoin ?Va-t-on enfin faire comme la CAF, un recoupement entre declaration de revenus et "aide" ainsi perçue?