Le monde se mobilise pour les lycéennes nigérianes enlevées par Boko Haram

le
2
Michelle Obama tenant une pancarte avec le hashtag #BringBackOurGirls en soutien aux jeunes filles nigérianes enlevées par Boko Haram.
Michelle Obama tenant une pancarte avec le hashtag #BringBackOurGirls en soutien aux jeunes filles nigérianes enlevées par Boko Haram.

L'inquiétude des familles des plus de 200 lycéennes enlevées par Boko Haram s'est étendue aux autres continents. Lundi, le groupe islamiste a revendiqué l'enlèvement et indiqué qu'il s'apprêtait à revendre les jeunes filles comme esclaves.

Depuis fin avril, les réseaux sociaux mobilisent Nigérians mais aussi d'autres nationalités avec le hashtag #BringBackOurGirls (Ramenez nos filles). Un slogan fortement repris depuis la revendication de Boko Haram. Plus de 1,3 milliard de tweets reprennent ce hashtag jeudi en début d'après-midi.

Et ce, jusqu'à la maison blanche. Mercredi soir, Michelle Obama a ainsi posté sur son compte Twitter de première dame une photo dans laquelle elle tient, le visage triste, une pancarte reprenant le hashtag.

Hillary Clinton, Wyclef Jean, Christiane Taubira, Malala...

Avant elle, Hillary Clinton avait déjà tweeté le hashtag en ajoutant : "L'accès à l'éducation est un droit de base et une raison déraisonnable de viser des filles innocentes. Nous devons résister au terrorisme."

Le musicien Wyclef Jean ou encore les actrices Jessica Alba et Mia Farrow ont également apporté leur tweet à l'édifice.

En France, la ministre de la Justice Christiane Taubira a également appelé à la libération des jeunes filles.

La jeune militante pakistanaise Malala, qui avait échappé à un attentat des talibans pour s'être exprimée en faveur de l'éducation des filles, a aussi apporté son...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fbordach le jeudi 8 mai 2014 à 22:47

    Télescopage de l’histoire et de l’actualité, c’est à la veille du 10 mai, jour anniversaire du vote en 2001, de la « loi Taubira » qualifiant la traite européenne, et elle seule, de « crime contre l’humanité », que le mouvement islamiste Boko Haram annonce qu’il va vendre comme esclaves 200 adolescentes nigérianes qu’il vient d’enlever[

  • gustav10 le jeudi 8 mai 2014 à 17:17

    Il serait quand même nécessaire que les grands chefs musulmans expriment ouvertement leur désaccord total avec cette barbarie qui se prétend l'expression de leur "religion".