Le meurtrier présumé de Chloé était interdit de territoire

le , mis à jour à 13:33
9

PARIS (Reuters) - Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a demandé jeudi à la Pologne comment un de ses ressortissants qui a avoué le viol et le meurtre d'une fillette la veille à Calais avait pu enfreindre une interdiction de se rendre en France.

Le procureur de Boulogne-sur-Mer, Jean-Pierre Valensi, a expliqué jeudi lors d'une conférence de presse que le suspect placé en garde à vue avait "reconnu immédiatement son implication" dans l'enlèvement suivi du meurtre de Chloé, 9 ans.

Il s'est saisi de la petite fille qui jouait avec d'autres enfants devant de multiples témoins et l'a emmenée dans sa voiture. Le corps de Chloé, qui portait des traces de violences sexuelles et de strangulation, a été retrouvé à trois kilomètres du lieu de l'enlèvement, a dit le procureur.

"Ce que nous devons nous à la famille, bien sûr, c'est toute la vérité et toute cette vérité elle sera faite pour comprendre l'itinéraire de cet individu", a déclaré le Premier ministre, Manuel Valls, à des journalistes.

"Le ministre de l'Intérieur l'a dit, il est en contact notamment avec son homologue polonais. Nous devons comprendre évidemment ce qui s'est passé", a-t-il ajouté.

Ce Polonais de 38 ans était arrivé à Calais de Varsovie mercredi et a dit aux enquêteurs avoir eu l'intention de se rendre chez sa soeur au Royaume-Uni mais, selon Jean-Pierre Valensi, il n'était muni d'aucun titre de transport.

"Il était en Pologne jusqu'à hier (mercredi) matin", a ajouté le procureur.

Condamné à deux reprises en France, notamment pour des vols avec violence, la dernière fois en 2010 à une peine de six ans de prison, l'homme a fait l'objet d'une mesure d'interdiction du territoire et a été remis par la France aux autorités polonaises le 27 mars 2014 en vertu d'un mandat d'arrêt européen.

La Pologne souhaitait le juger pour des cambriolages commis en 2000 et les autorités françaises ignorent pour l'instant pourquoi le suspect était libre de ses mouvements.

"Une discussion est en cours actuellement avec les autorités polonaises de manière à établir les conditions dans lesquelles cette interdiction du territoire (français-NDLR) a été enfreinte par le criminel en question", a déclaré Bernard Cazeneuve à la presse.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • miez1804 le jeudi 16 avr 2015 à 16:53

    Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, a demandé jeudi à la Pologne comment un de ses ressortissants qui a avoué le viol et le meurtre d'une fillette la veille à Calais avait pu enfreindre une interdiction de se rendre en France. A sa place je me demanderai pourquoi les flic en France passent leur temps a faire des ammendes au pauvres oncs qui vont au boulot pour exces de vitesse ou pas de ceinture de securite, au lieu d'etre sur le terrain pour attrapper les delinquants!!!!

  • M2766070 le jeudi 16 avr 2015 à 16:37

    marrant tout mes post on disparus: pourtant je n évoquais que : non lieu car interdit de séjour ...

  • tropfort le jeudi 16 avr 2015 à 16:03

    Taubira est une femme assassin consciente et responsable.

  • raich2 le jeudi 16 avr 2015 à 15:21

    Pour que les politiques de tout bord prennent conscience des drames que vivent les familles des victimes, je serai curieux de connaitre la réaction du ministre de la justice ou de l'intérieur ou tout simplement des juges qui prononcent les peines d'être confrontés à un "accident" similaire et qu'ils perdent un enfant, petit-enfant et proche parent. Ils comprendront peut-être que seule l'éradication par la peine de mort est la solution pour la tranquillité de tous les citoyens

  • paspil le jeudi 16 avr 2015 à 14:38

    beaucoup de delinquants meurent en liberté faute de place en prison ... Dotcom , et vu que la droite a pas fait beaucoup de prisons , je doute que la gauche les mette à l'hotel ...

  • M2734309 le jeudi 16 avr 2015 à 14:37

    Comment se fait il que les articles soient sans cesse supprimés, pour être remis ensuite du pareil au même moins les posts ? Cet article était déjà présent tout à l'heure avec une trentaine de posts y compris le mien. A croire que ça dérange qu'on réclame une justice plus sévère avec les tueurs d'enfants !!!

  • LeRaleur le jeudi 16 avr 2015 à 14:20

    La peine de mort est la sanction d'un crime horrible et évite toute récidive. Elle doit être remise à l'ordre du jour. La fillette a eu sa peine de mort, elle a souffert et a senti sa mort arriver. Pour l'assassin récidiviste, c'est la peine de mort. C'est ça la justice. Dans ce genre de cas, toute pitié ou empathie n'a plus cours.

  • dotcom1 le jeudi 16 avr 2015 à 13:44

    Comment un individu condamné à 6 ans de prison en 2010 se retrouve en liberté en 2015?

  • cinq7 le jeudi 16 avr 2015 à 13:16

    bravo la justice, bravo taubira! on se sent vraiment en securité avec toi.