Le Medef réclame un plan d'urgence national sur le chômage

le
22
LE MEDEF VEUT UN PLAN D'URGENCE NATIONAL CONTRE LE CHÔMAGE
LE MEDEF VEUT UN PLAN D'URGENCE NATIONAL CONTRE LE CHÔMAGE

PARIS (Reuters) - Le président du Medef a appelé mardi le gouvernement à mettre en place un plan d'urgence national contre le chômage, à l'image de l'état d'urgence décrété par les autorités à la suite des attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis.

Selon les chiffres de l'Insee publiés la semaine dernière, le taux de chômage a atteint son plus haut niveau depuis 1997 au troisième trimestre, à 10,2 % de la population active en France métropolitaine. Le nombre de chômeurs était de 2,941 millions en métropole fin septembre, soit 75.000 de plus que fin juin.

"Le chômage est le problème le plus grave", a dit Pierre Gattaz sur RTL deux jours après le premier tour des élections régionales qui a vu le FN enregistrer une percée d'ampleur sans précédent.

"On n'a pas fait ce qu'il fallait sur le chômage de masse. Vous avez vu les attentats terroristes, il y a eu un plan d'urgence, un état d'urgence, et une prise en compte de la situation", a-t-il ajouté. "Il faut faire la même chose sur le chômage de la France (...) C'est un scandale, c'est le fléau".

Pour le président de l'organisation patronale, ce plan, "sorte de plan Marshall", pourrait réunir l'ensemble des partis politiques et les partenaires sociaux.

"Il faut un électrochoc contre le chômage de masse", a-t-il estimé, préconisant entre autres une réhabilitation des filières d'apprentissage et une lutte contre le décrochage scolaire.

Début décembre, quelques jours avant les élections régionales, Pierre Gattaz avait mis en garde contre le programme économique du FN qui était selon lui "l'inverse de ce qu'il faut faire" pour relancer la croissance et l'emploi.

"Dans le programme économique du Front national, quand j'entends parler de retour à la retraite à 60 ans, d'augmentation de salaires, du Smic, je dis 'mais qui paye?'", a-t-il dit mardi.

"C'est de la démagogie sociale (...) Ceux qui payent à la fin ce sont les entreprises qui sont déjà harassées par une pression fiscale incroyable et qui fait que nous créons du chômage".

(Marine Pennetier, édité par Nicolas Delame)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Berg690 le mardi 8 déc 2015 à 21:28

    Il devrait dire combien il veut. On gagnerait du temps.

  • frenchto le mardi 8 déc 2015 à 14:18

    Ben oui il a raison. Mais la moyenne des français a le plafond tellement bas et ils ont été si peu habitués à travailler que ça va être difficile à expliquer

  • paulin17 le mardi 8 déc 2015 à 11:40

    Mais la semaine derniere il voulait pas du Fn , ca voulait dire qu'il etait content de la politique actuelle non?? Et maintenant, apres les elections , il dit que ca ne va pas....Faudrait savoir!

  • l.moenne le mardi 8 déc 2015 à 11:33

    Surement la faute du résultat des elections; Le Fn coule la France ... pourtant, c'est l'elite des socilistes qui gouverne, non ?

  • danielk6 le mardi 8 déc 2015 à 11:10

    où sont ces 1 millions d'emplois promis de ce profiteur du médef patronat rapace !

  • frk987 le mardi 8 déc 2015 à 11:03

    Pour M467862 : si vous pensez qu'une entreprise licencie par plaisir...alors vous avez raison. Mais c'est simplement une question de survie de la boutique.....ce que je vous en dit....probablement un brillant électeur PS que vous êtes !!!!

  • froggy83 le mardi 8 déc 2015 à 10:34

    Gattaz a raison, Marine a formulé à nouveau quelques solutions pratiques hier, un peu comme ce qui se fait en Suisse, là où le peuple décide pour son bien, pas des 'élites', énarques ou autres intellectuels vaquant de ministères en ministères. Par contre Gattaz, ils font quoi ceux qui n'ont plus d'emploi et ne cotisent donc plus pour leur retraite à malus et à rallonge ?

  • frk987 le mardi 8 déc 2015 à 10:24

    La méthode est trop simple et tout le monde la connaît, mais par idéologie basique ce ne sera jamais appliqué ni par la G, ni par la D, ni par le FN, simplement arrêter de surtaxer les boutiques et suppression des allocs chômage.Un vrai miracle économique en vue. Mais des propositions électorales peu porteuses....sacrée démocratie démagogique.

  • M1945416 le mardi 8 déc 2015 à 10:19

    allez retour a l'esclavage, travailler 7 jour sur 7 , plus de dimanche de libre , pour qqs euros , et là , plus de chômage c'est ça leur objectif??

  • SB1954 le mardi 8 déc 2015 à 10:14

    Bah, il a pas tort, mais sa réforme va durer 10 ans à mettre en place, et sera périmée avant d'être mis en oeuvre. il y aurait déjà une première urgence qui serait de relancer le BTP : Résidentiel en supprimant purement et simplement la loi Duflop, et en redonnant de l'air aux Collectivités Territoriales sur leurs investissements. Ca ne coûterait rien et le BTP repartirait en recréant entre 300 et 500.000 emplois.