Le marché immobilier sort de sa torpeur

le
0

Les ventes de logements anciens repartent en France. En Île-de-France, elles ont augmenté de 25 % au troisième trimestre.

Le marché de l’immobilier ancien est-il en passe de sortir des années de crise? Partout en France, les ventes repartent depuis le printemps. Et le troisième trimestre a été plutôt actif. Fin septembre, 753.000 transactions avaient été enregistrées sur les douze derniers mois, soit 4,2 % de plus que l’an dernier à la même période, constatent les notaires. «Les Français ont un tout petit peu plus confiance dans l’avenir. Et les taux de crédits immobiliers extrêmement bas continuent de soutenir la tendance», explique Jacky Chapelot, président adjoint de la Fnaim. Cette embellie commence à se faire très légèrement sentir sur les prix. Au troisième trimestre, ils ont progressé de 0,5 % par rapport aux trois mois précédents, selon l’indice Notaires-Insee. Sur un an, la baisse s’atténue, les prix reculant de 1,5 % (- 1,7 % pour les appartements et - 1,4 % pour les maisons).

«Les prix évoluent de façon disparate depuis le troisième trimestre. Ils montent dans certaines métropoles comme Paris, Montpellier, Bordeaux ou Toulouse, mais ils baissent encore à Marseille ou Nice et dans de nombreuses villes moyennes, relève Jacky Chapelot. Le marché reste difficile dans les périphéries des petites villes et dans les zones rurales, où les prix ont souvent chuté de 10 % à 20 % et parfois même de 30 %.»

La reprise immobilière est particulièrement marquée en Île-de-France. Entre juillet et septembre, 46 600 logements ont été vendus, soit 25 % de plus qu’au troisième trimestre 2014. «Cela correspond à un niveau d’activité voisin de celui constaté pendant la période haute 1999-2007», indiquent les notaires. Cependant, «la performance annuelle sera inférieure de 14 % aux années fastes car le début d’année a été médiocre», relativise Thierry Delesalle, notaire à Paris.

Tensions sur les prix

«Des premières tensions», commencent à se former sur les prix, notent les notaires. Au troisième trimestre, ils ont augmenté de 0,8 % par rapport au deuxième. Sur un an, leur baisse est désormais plus atténuée (- 1,2 %, contre - 2,5 % le trimestre précédent). Longtemps boudées, les maisons ont retrouvé les faveurs des Franciliens, essentiellement en grande couronne (hausse des ventes de 23 % au troisième trimestre et des prix de 3,8 % depuis le début de l’année).

Le marché parisien est lui aussi à nouveau dynamique. Pendant les trois mois d’été, le nombre de ventes (9 600) a bondi de 22 % par rapport à la même période de 2014. Le niveau d’activité se rapproche ici aussi (- 5 %) des années fastes de 1997-2007. «Les craintes d’une remontée des taux des crédits immobiliers, mais aussi le retour à la raison des vendeurs ont déclenché les décisions d’achat de Parisiens attentistes», avance Thierry Delesalle. La baisse de l’euro face au billet vert a aussi attiré dans la capitale de nombreux investisseurs étrangers venant des «zones dollars». Les acquéreurs étrangers n’ont d’ailleurs jamais été aussi nombreux (ils représentent 9,6 % des ventes).

Résultat, les prix ne baissent plus. Ils ont même recommencé à grimper (+ 0,9 % en moyenne) et sont repassés en septembre au-dessus des 8000 euros le mètre carré en moyenne (8020 euros le m²). Dans trois arrondissements, les hausses sont spectaculaires (+ 10,8 % dans le IIe, + 10,4 % dans le Ier et + 3,9 % dans le IVe). Et les Ier, IVe et VIIe rejoignent à présent le VIe à plus de 11.000 euros le mètre carré.

Dans d’autres arrondissements, les prix ont en revanche continué à dévisser au troisième trimestre (- 6,1 % pour le XIIIe et - 5,3 % pour le XVIe). Sur l’ensemble de l’année 2015, les prix devraient au final augmenter de 1,2 % en moyenne à Paris selon les notaires.

«Le marché immobilier parisien commence à devenir sain. Il est plus fluide et les prix se stabilisent», estime le notaire parisien. En janvier, le prix moyen au mètre carré devrait s’élever à 8030 euros, selon les avant-contrats signés cet automne.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant