Le manque de reconnaissance nuit gravement au métier de prof

le
10
Alors qu'ils sont neuf sur dix à se dire satisfaits de leur métier, 5 % seulement des professeurs pensent que leur travail est valorisé dans la société (photo d'illustration).
Alors qu'ils sont neuf sur dix à se dire satisfaits de leur métier, 5 % seulement des professeurs pensent que leur travail est valorisé dans la société (photo d'illustration).

Les enseignants français aiment leur travail, mais ne se sentent ni considérés, ni soutenus, ni reconnus. C'est ce que révèle l'étude Talis publiée mercredi par l'OCDE, une enquête internationale sur les enseignants, l'enseignement et l'apprentissage, réalisée dans 34 pays et dont l'objectif est d'étudier de près les profs pour améliorer le niveau scolaire. Difficile, sans reconnaissance du métier, d'inciter les étudiants à s'orienter vers ce métier ou de motiver les enseignants. Ces derniers sont pourtant l'un des leviers essentiels pour améliorer les résultats des élèves et lutter contre l'échec scolaire, point faible de la France, selon les derniers résultats de l'enquête Pisa sur les aptitudes des élèves de 15 ans. C'est ce que nous confiait Barbara Ischinger, qui dirige le département éducation et compétences à l'OCDE : "La qualité des enseignants, c'est la variable numéro un. Et cela ne signifie pas seulement un professeur qui reçoit un bon salaire, mais aussi un professeur respecté, reconnu par la société tout entière. Un professeur bien formé, qui plus est formé à la recherche, afin que, dans sa pratique, il soit capable de progresser et d'échanger avec d'autres collègues", nous disait-elle en mars dernier dans Le Point (n° 2164) Formation et évaluation Si les professeurs français maîtrisent bien le contenu des cours qu'ils doivent donner, ils sont pourtant ceux qui se sentent le moins préparés dans le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frede331 le mercredi 25 juin 2014 à 13:30

    L'exces d'arrogance nuit gravement au metier de prof Les profs savent tout sur tout, ils ont tjs raison.

  • frede331 le mercredi 25 juin 2014 à 13:29

    L'exces de syndicat nuit gravement au metier de prof

  • frede331 le mercredi 25 juin 2014 à 13:29

    L'exces de vacances nuit gravement au metier de prof (2 mois l'ete, 15 Toussaint, 15 Noel, 15 fevrier, 15 Paques + tous les ponts donnés en mai) . Bref ca glande severe

  • frk987 le mercredi 25 juin 2014 à 13:07

    Comme dit amathie7, qu'ils prennent en exemple les vieux profs d'antan, avant les années 60, là c'était une vocation qui méritait amplement reconnaissance. Actuellement c'est une super opportunité pour travailler sans nuire à sa vie personnelle. Objectivement : vu leur clientèle dans le public, ils ont bien raison de s'en ficher complètement, on dresse des animaux mais on éduque pas des co..nnards.

  • frk987 le mercredi 25 juin 2014 à 13:02

    S'ils préfèrent réellement se mettre au boulot, qu'ils démissionnent, travailler 150 jours par an, 6h par jour...ma foi, une petite occupation bien lucrative par rapport au travail fourni, quant aux objectifs, mort de rire, que le gamin reste un analphabète ou bien fasse polytechnique, j'imagine qu'ils n'en n'ont rien à cirer.

  • M940878 le mercredi 25 juin 2014 à 12:33

    ils n'ont qu'à travailler 220 jours par an comme tout le monde ou rejoindre le régime des intermittents du travail

  • M4960905 le mercredi 25 juin 2014 à 12:30

    Les galopins d'aujourd'hui ne sont pas ceux d'antan non plus. La société n'évolue pas dans un sens très positif, et les enseignants sont en première ligne pour en pâtir.

  • M1310580 le mercredi 25 juin 2014 à 11:59

    ils peuvent aller voir d’autres professions ou statuts moins bien lotis pour prendre conscience de leur chance !

  • amathie7 le mercredi 25 juin 2014 à 11:58

    Qu'ils travaillent comme les profs travaillaient il y a 40 ou 50 ans et ils auront la reconnaissance.

  • o.top le mercredi 25 juin 2014 à 11:27

    lol ! ils savent tout alors ! connaissance et intelligence ne vont pas forcément de paire