Le maire d'Évreux veut expulser les fichés S de sa ville

le
0
Un contrôle d'identité le 9 novembre 2005 à La Madeleine, un quartier populaire d'Évreux. 
Un contrôle d'identité le 9 novembre 2005 à La Madeleine, un quartier populaire d'Évreux. 

La première requête date du 7 septembre. Le maire (LR) d'Évreux, Guy Lefranc, écrit alors au préfet de l'Eure pour obtenir la liste des fichés S (dont font partie les personnes soupçonnées de radicalisation) résidant sur sa commune. Il entend notamment repérer ceux qui travaillent dans les services municipaux. « Je ne vois pas pourquoi madame Belkacem [ministre de l'Éducation nationale, NDLR] aurait ce droit, et pas moi, argumente Guy Lefranc. Je ne veux pas prendre le risque de faire travailler des fichés S dans les écoles d'Évreux, au théâtre ou à la médiathèque. Je veux les empêcher de travailler. Si des parents d'élèves sont fichés S, je ne veux pas qu'ils puissent entrer dans les écoles. »

Soutenue par Bruno Le Maire, dont Guy Lefranc est proche, la requête n'a pas abouti. Le maire passe donc à la vitesse supérieure en demandant l'expulsion des fichés S de sa ville. « Je suis en colère, je suis obligé d'exagérer un peu en demandant cette expulsion parce qu'on ne fait pas droit à ma demande parfaitement légitime de connaître les fichés S, explique aujourd'hui Guy Lefranc. Puisqu'on est en état d'urgence, il est du ressort du Premier ministre de publier un décret. »

Manque de moyens

Cette demande n'a toutefois guère de chances d'être couronnée de succès. Guy Lefranc, qui le sait, regrette le manque de moyens de prévention alloués aux maires. « Je m'interroge...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant