Le long de la N7 #16 - Fayol, l'anti-start-up de Tain-l'Hermitage 

le
0
Jean Pivard, patron de la maison Fayol, devant son four circulaire.
Jean Pivard, patron de la maison Fayol, devant son four circulaire.

De l'eau, de la terre, du vent et du feu. Ça pourrait être un slogan publicitaire, mais il s'agit de la recette ? à peine simplifiée ? de l'un des fleurons de Tain-l'Hermitage, dans la Drôme. La maison Fayol fabrique des fours à bois à partir d'une terre blanche, extraite des carrières de Larnage, à quelques kilomètres, depuis 1840. Les premières traces de l'utilisation du site comme carrière d'argile kaolinique remontent à avant l'époque romaine. Quant aux ateliers de la maison Fayol, ils ne semblent pas avoir bougé depuis le XIXe siècle. Les machines se sont un peu perfectionnées, mais les gestes n'ont pas changé.

Éviter les catastrophes

« Venez voir ma cave à fromages », insiste Jean Pivard, le patron qui a repris l'entreprise endormie il y a 30 ans. Elle ne produisait alors plus que des briques réfractaires. Jean Pivard fait coulisser la grande porte en tôle et dévoile un entrepôt grillagé où sèchent à l'air libre des milliers de pièces façonnées cette semaine. Le mistral, qui s'engouffre sous la toiture et se faufile entre les formes en terre, fait partie de la recette.

De l'eau, de la terre, du vent et du feu. En apparence, tout est simple. En réalité, le moindre écart de méthode peut entraîner des catastrophes en série. Une quantité d'eau mal dosée, deux degrés de trop ou un séchage imparfait feront exploser les pièces à la cuisson. Une fois séchées, elles seront...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant