Le journal de guerre de Danièle Kriegel (15) : ce qu'Israël ne veut pas voir à Gaza

le
0
Le corps de Raghad Masoud, tué à Rafah par une frappe israélienne, a été placé dans une glacière, faute de place à la morgue.
Le corps de Raghad Masoud, tué à Rafah par une frappe israélienne, a été placé dans une glacière, faute de place à la morgue.

Jérusalem, lundi matin, au 28e jour de la guerre. Ce sont les mêmes images de chaos et d'horreur que la semaine dernière à Jab?l?yah et le 24 juillet à Beit Hanoun. Des parents tenant leurs enfants ensanglantés dans leurs bras, des secouristes et des médecins débordés qui tentent de sauver ceux qui peuvent l'être. Encore une fois, une école de l'ONU a été bombardée à Rafah, dans le sud de l'enclave palestinienne. Encore une fois, le bilan est très lourd : au moins 10 morts et des dizaines de blessés. Des milliers de civils palestiniens y avaient trouvé refuge. Au sein de la communauté internationale, la condamnation est unanime. Les États-Unis sont "épouvantés" et demandent une enquête en bonne et due forme. Le secrétaire général de l'ONU évoque un "acte criminel, immoral, une violation flagrante de la loi internationale". L'Union européenne appelle à un cessez-le-feu immédiat. Le président Hollande publie, lui aussi, un communiqué très sévère.

En Israël, il a fallu attendre plusieurs heures avant que l'armée n'affirme : "Selon les premiers éléments de l'enquête, il n'est pas certain que ce qui s'est passé à l'école soit dû à une frappe israélienne. Nous continuons l'enquête..." Plus tard, une source militaire indiquera que l'aviation avait ciblé, près de l'école, trois membres du Jihad islamique à motocyclette. Une formule en forme de confirmation ? Peut-être.

Non-dits, censure et menace

En Israël, les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant