Le journal de guerre de Danièle Kriegel (13) : l'équation personnelle de Benyamin Netanyahou

le
0

Jérusalem, samedi matin. 26e jour de la guerre. Nouveau shabbat de guerre. Pas de journaux, mais des chaînes de télé et de radio qui, faute de trêve, diffusent en continu. Avec, au centre des débats, la nouvelle que tout le monde redoutait ici : l'enlèvement, à Rafah, dans le sud de la bande de Gaza, du lieutenant Adar Goldin, 23 ans, originaire de Kfar Saba, une petite ville à côté de Tel-Aviv.

Dans son analyse publiée vendredi matin, avant donc cette capture, un commentateur militaire concluait ainsi son analyse : "Des progrès en direction d'un cessez-le-feu pourraient être totalement remis en question par un incident d'une gravité exceptionnelle. Le plus grand risque pour Israël étant l'enlèvement d'un soldat, un objectif pour lequel le Hamas déploie d'immenses efforts opérationnels." C'est exactement ce qui s'est passé. Quatre-vingt-dix minutes après son entrée en vigueur, le cessez-le-feu humanitaire, accepté par les deux parties pour 72 heures, s'est effondré. Les combats ont repris de plus belle.

En Israël, la direction politique s'est retrouvée plus que jamais sur le pont. En témoigne la réunion du cabinet de sécurité. Commencée peu avant l'entrée du shabbat - c'est la seconde fois seulement depuis le début du conflit qu'il en est ainsi -, elle s'est achevée à deux heures et demie du matin. Elle doit reprendre ce soir. Visiblement, la nuit dernière, Benyamin Netanyahou et ses ministres n'ont pas pris de décision.

Il faut dire...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant