Le jour où Jean-Marie Le Pen a été suspendu du Front national

le
0
Jean-Marie Le Pen répudie sa fille, Marine, et souhaite qu'elle lui rende son nom.
Jean-Marie Le Pen répudie sa fille, Marine, et souhaite qu'elle lui rende son nom.

"La 1er Mai, face aux militants. J'ai reçu un accueil sans équivoque !" En ce premier week-end du mois de mai, Jean-Marie Le Pen est content de son coup. Devant ses interlocuteurs, il se félicite d'une popularité intacte auprès des sympathisants du parti qu'il a créé en 1972. Voilà ce que le vieux chef voulait rappeler à sa fille Marine Le Pen, la patronne du parti, en s'incrustant par surprise sur l'estrade lors du traditionnel défilé du 1er Mai. Histoire d'aborder "debout et la tête haute" le bureau politique et le bureau exécutif du FN qui se réunissent ce lundi 4 mai pour décider d'éventuelles sanctions à son égard. Depuis plusieurs semaines, le Menhir est accusé de défier la ligne officielle du FN en ayant répété à plusieurs reprises ses provocations sur "les chambres à gaz, détail de l'histoire de la Seconde guerre mondiale" ou en prenant la défense du maréchal Pétain contre le Général. Peu avant 10 heures, lorsqu'il arrive au siège du FN à Nanterre (Hauts-de-Seine), l'octogénaire est encore d'humeur badine. "Je suis serein" assure-t-il à la meute de journalistes. Pourtant, quelques minutes plus tôt, Marine Le Pen est arrivée le visage dur et fermé devant la statue dorée de Jeanne d'Arc qui orne la cour du siège du parti. Un "acte malveillant, méprisant", une ultime provocation et "un père ridicule" : voilà ce qu'elle a retenu de l'irruption surprise de son paternel le 1er Mai. Et elle a décidé de sévir pour protéger...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant