Le Japon veut relancer des zones sinistrées avec Pokémon Go

le , mis à jour le
0
Un étudiant joue à Pokémon Go game sur son téléphone au Japon.
Un étudiant joue à Pokémon Go game sur son téléphone au Japon.

La folie Pokémon Go a conquis le monde et singulièrement le Japon où quinze jours seulement après sa mise à disposition dans le pays, 30 millions de personnes avaient téléchargé l'application mobile. Dans le berceau de Nintendo et donc de Pokémon, l'entreprise américaine Niantic a fait sensation en proposant ce jeu fondé sur les petites créatures à « attraper » pour « devenir le meilleur dresseur ». Sur ce marché très prometteur, les marques ont aussi fleuré le bon coup puisque Mc Donald's a notamment obtenu le droit d'accueillir des arènes et Pokéstops dans ses restaurants pour attirer les chasseurs. Cela a inspiré les gouverneurs de quatre départements sinistrés après des catastrophes naturelles qui espèrent désormais adapter cette idée au secteur touristique.

Lors d'une conférence de presse, les préfectures de Iwate, Fukushima, Miyagi, ravagées par le tsunami puis la catastrophe nucléaire de 2011, et de Kumamoto, dévastée par des tremblements de terre au mois d'avril, ont annoncé leur intention de proposer un partenariat à Niantic pour multiplier les lieux interactifs du jeu dans leurs régions afin d'attirer des vacanciers. S'ils ambitionnent aussi de séduire les chasseurs passionnés étrangers pour faire découvrir ces zones côtières sinistrées, les gouverneurs de ces départements ont annoncé qu'ils privilégiaient toutefois le tourisme domestique afin de sensibiliser la population japonaise sur leurs...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant