Le gouvernement résilie le contrat avec Ecomouv'

le
7
LE GOUVERNEMENT RÉSILIE LE CONTRAT AVEC ECOMOUV'
LE GOUVERNEMENT RÉSILIE LE CONTRAT AVEC ECOMOUV'

PARIS (Reuters) - Le gouvernement a annoncé jeudi la résiliation du contrat avec Ecomouv', la société qui devait collecter l'écotaxe, et entend contester la validité de l'accord pour éviter de payer une indemnisation potentiellement très lourde.

L'écotaxe, qui avait provoqué la colère des "bonnets rouges" bretons, avait été remplacée par un péage de transit poids lourds plus restreint, lui-même abandonné sous la pression des transporteurs routiers, il y a trois semaines.

La dénonciation pure et simple du contrat signé en octobre 2011 coûterait en théorie environ un milliard d'euros à l'Etat - 800 millions pour l'indemnisation des dépenses engagées par Ecomouv', et 250 millions de loyer pour 2014.

La société Ecomouv', filiale de l'italien Atlantia, avait déjà mis en place 173 portiques, d'une valeur de 500.000 à un million d'euros, permettant de recenser les passages sur les routes et compte 200 salariés environ à Metz.

La perception de l'écotaxe devait en outre assurer l'emploi en Moselle d'une centaine de douaniers, dont la réaffectation est prévue sur "un service à caractère national et pérenne", selon le secrétaire d'Etat au Budget, Christian Eckert.

Le gouvernement devait trancher vite, puisqu'un compromis signé au printemps dernier prévoyait une augmentation du montant de l'indemnisation en cas de décision après le 31 octobre.

Pour échapper à une compensation qui serait bien mal venue alors que la France a déjà dû justifier auprès de l'Union européenne la dérive de son déficit prévu à 4,3% cette année au lieu des 3% imposés par les traités, le gouvernement veut trouver un moyen juridique de rendre le contrat caduc.

"Dans la lettre de résiliation, il sera rappelé que des doutes ont été émis sur la validité du contrat initial au regard des exigences constitutionnelles qui s'imposent à l'Etat lorsqu'il confie à des personnes privées la gestion de certaines activités", a dit le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies, lors des questions au gouvernement au Sénat.

"Vous connaissez ces objections puisqu'elles ont été soulevées par d'éminents juristes lors des auditions devant la commission" du développement durable du Sénat, a-t-il ajouté.

JUSTICE AU POINT MORT

Une commission d'enquête sénatoriale s'est penchée au premier trimestre sur les conditions d'attribution du marché à Ecomouv' et, si elle en a contesté certains aspects et surcoûts, elle n'avait pas remis en cause la validité du contrat.

En parallèle, une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Nanterre en novembre 2013 et confiée à la Brigade de répression de la délinquance économique.

Mais le gouvernement devra sans doute aller plus vite que la justice, l'enquête ne pouvant connaître d'évolution rapide selon une source judiciaire, en raison du départ du procureur de Nanterre Robert Gelli, pas encore remplacé de façon pérenne.

Le paiement d'un milliard d'euros d'indemnités pèserait en outre très lourd au moment où l'Etat cherche une solution pour financer les infrastructures de transports.

L'abandon de l'écotaxe, qui devait rapporter 800 millions d'euros par an, puis du péage de transit poids lourds dont la recette était estimée à 500 millions d'euros, a conduit l'Etat à augmenter de deux centimes par litre la taxe sur le gazole.

Il a en outre supprimé l'exonération de deux centimes par litre accordée aux transporteurs routiers en prévision de l'écotaxe. Le total de ces deux mesures devrait rapporter 1,15 milliard par an - 800 et 350 millions respectivement.

Mais le gouvernement a ouvert des discussions avec les organisations du transport routier pour trouver une solution de financement plus pérenne, et notamment pour faire contribuer les transporteurs étrangers.

Il souhaite en outre obtenir une participation des sociétés d'autoroute et a engagé des discussions dans ce sens, mais des connaisseurs du dossier mettent en doute ses chances d'aboutir.

(Gregory Blachier, avec Yann Le Guernigou et Chine Labbé, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1961G le jeudi 30 oct 2014 à 17:15

    4 c sur le diesel pour compenser l'écotaxe . les camionneurs ont dû négociés en douce avec le ps pour récupérer l'argent en frais . en réalité , c'est le consommateur que nous sommes qui seront spoliés une fois de plus .

  • M1961G le jeudi 30 oct 2014 à 17:11

    on entend plus les verts sur le barrage que pour défendre l'écotaxe . en France , ce sont les casseurs qui dirigent le pays . hollande a reculé sur tout , sauf le mariage homo , étonnant non !!!

  • dotcom1 le jeudi 30 oct 2014 à 16:51

    C'est facile de signer puis résilier quand c'est pas son argent qui est en jeu.

  • picokrab le jeudi 30 oct 2014 à 16:46

    décision catastrophique, les polueurs vont continuer à poluer, les contribuables vont continuer à raquer ... sans compter le bel exemple pour la démocratie

  • M1531771 le jeudi 30 oct 2014 à 16:18

    Un seul commentaire...bravo pour ce gachis....! A quand une part de responsabilité sur le patrimoine des élus en cas de faute grave et ou gaspillage avéré...du style 10/20 % de leur patrimoine...?!?

  • mipolod le jeudi 30 oct 2014 à 16:03

    Bonne décision, ça dépend pour qui ! En attendant ça va coûter cher ! Les contribuables devront payer pour les routiers et ce n'est pas normal. Les social.os sont d'indécrottables amateurs.

  • M6703835 le jeudi 30 oct 2014 à 15:59

    Enfin une bonne décision...

Partenaires Taux