Le gazole subira deux hausses de sa taxation en 2015

le
21

Le gouvernement veut augmenter les taxes du carburant préféré des Français pour compenser, entre autres, le manque à gagner de l'écotaxe.

À quelques jours de la présentation du budget 2015, une mesure préoccupe particulièrement le gouvernement: la hausse de 2 centimes par litre de la taxation du gazole l'an prochain pour remplacer le manque à gagner de l'écotaxe nouvelle version. Alors que la décision est prise selon plusieurs sources concordantes, Christian Eckert n'a pas démenti l'information, se contentant de confirmer que c'était bien l'une des hypothèses sur la table. «Le Parlement se saisira de cette question», a déclaré vendredi le secrétaire d'État au Budget sur Sud Radio. Manière de dire, comme c'est régulièrement le cas, que cette mesure très impopulaire ne serait pas inscrite dans le projet de loi de finances (PLF) par le gouvernement mais pourrait être déposée par amendement parlementaire lors du débat à l'Assemblée. D'où la nuance du ministre: «S'il y a des propositions de financements différentes ou complémentaires, tout cela peut évoluer.»

On peut aisément comprendre les contorsions de l'exécutif. En plein «haut-le-c½ur fiscal», selon l'expression de Manuel Valls qui martèle depuis des mois que le temps des hausses d'impôts est révolu, cette mesure risque d'être mal accueillie par la population. Et ce, d'autant que cette hausse de 2 centimes sur le gazole s'ajoutera à une autre augmentation programmée du même montant, liée à la montée en puissance de la contribution climat énergie entrée en vigueur en avril. Une double hausse des taxes sur le gazole qui engendrera un surcoût non négligeable de, peu ou prou, 2 euros pour un plein de 50 litres.

60 % de voitures diesel

«On ne peut pas réclamer de nouvelles autoroutes, de nouvelles infrastructures ferroviaires sans que nous trouvions en face de nouveaux financements», s'est justifié Christian Eckert. Le gouvernement ne considère d'ailleurs pas cette nouvelle mesure comme une hausse d'impôt, puisqu'elle servirait uniquement à atteindre les recettes fiscales initialement prévues pour la première mouture de l'écotaxe (1,2 milliard), retirée en novembre 2013 face à la révolte des «bonnets rouges». La version corrigée est en effet supposée rapporter seulement 600 millions l'an prochain. Et encore, la réalité devrait être en deçà puisque le nouveau dispositif, qui devait démarrer le 1er janvier a été repoussé aux «tout premiers mois de 2015», a expliqué Alain Vidalies, le secrétaire d'État aux Transports.

Il n'empêche, la substitution d'une taxation sur les poids lourds par une autre sur les ménages va immanquablement être assimilée par les Français à une hausse de la fiscalité, d'autant plus visible que 60 % des voitures en France roulent au diesel. Le gouvernement mise toutefois sur une baisse des cours du pétrole, amorcée ces derniers mois, pour rendre cette décision indolore pour le portefeuille des automobilistes. Christian Eckert met aussi en avant le fait que «la taxation du diesel est déjà très favorable» en France.

Un alignement des prix du gazole sur ceux de l'essence (l'écart est d'environ 20 centimes) avait déjà été évoqué l'an dernier. Mais «pour ne pas obérer le pouvoir d'achat des ménages» ni «mettre en difficulté» les constructeurs français, la décision avait été ajournée tout en restant «ouverte pour la suite», selon le prédécesseur de Christian Eckert au Budget, Bernard Cazeneuve. Nous y sommes. Et cette fois, le gouvernement devra probablement passer en force face au mécontentement des consommateurs et des constructeurs.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M759668 le lundi 29 sept 2014 à 09:15

    Moralité: Roulez a l'essence! et quand tout le monde se remettra a rouler a l'essence , on viendra nous dire que c'est très dangereux pour l'ecosystème, la santé et tout le bazar et on augmentera les taxes sur l'essence.Alors on roulera tous a l'electrique et on viendra nous dire que l'electrique c'est nocif pour etc etc....

  • benoitdh le lundi 29 sept 2014 à 08:56

    Raz le bol!

  • lolin le lundi 29 sept 2014 à 08:09

    en fait l'ecotaxe devait être payée par les camions, du coup , c'est tous les usagers au GO qui paieront. C'est facile finalement la politique. Quant aux autoroutes, on les finance, on paie pour rouler dessus, arrive un 1er sinistre ( par exemple Villepin) qui les brade aux industriels privés, qui eux augmentent les tarifs tous les trois mois. Elle est pas belle la vie??

  • loco93 le lundi 29 sept 2014 à 04:41

    Moralité, même avec les derniers moteurs qui consomment moins, la facture energie pour le contribuable ne baisse pas ou peu! C'est pareil avec le gaz, l'electricité....

  • jayce003 le dimanche 28 sept 2014 à 22:15

    Mouahah demandez si possible un rapprochement géographique à votre employeur. Je vais bosser à pieds depuis 3 ans je suis assuré au kilomètre j ai fait exactement 2418 kilomètres cette année. J en ai fait 8000 en 3 ans

  • faeric le dimanche 28 sept 2014 à 11:18

    Plus serieusement, le racket se poursuit

  • faeric le dimanche 28 sept 2014 à 11:17

    Retour au cheval et a l'ane et la carriole

  • nmrkn le dimanche 28 sept 2014 à 01:10

    Il faut couvrir les autoroutes de panneaux solaires pour alimenter les voitures électriques et faire de l'ombre ce qui évitera la consommation des climatisations (1 litre aux 100 km).

  • nmrkn le dimanche 28 sept 2014 à 01:06

    Il faut harmoniser les taxations de l'essence et du gazole. ------------------------------Et comme les autoroutes "n'existent" que grâce au réseau national il faut faire payer aux sociétés privées d'autoroutes une taxe d'accès et de sortie en installant des compteurs de véhicules aux jonctions réseau national - autoroutes. Qui emprunterait les autioroutes si elles n'étaient pas reliées au réseau national ? Il est logique que le raccordement soit payant en fonction du trafic.

  • fortunos le samedi 27 sept 2014 à 22:38

    Au lieu de pleurer comme les commentateurs ci-dessous,reagissons en roulant en bagnole electrique ou a l 'essence si on roule moins de 22000 km par an.