Le Drian salue le sang-froid des militaires Sentinelle à Valence

le
0
LE MINISTRE DE LA DÉFENSE SALUE LE SANG-FROID DES MILITAIRES SENTINELLE À VALENCE
LE MINISTRE DE LA DÉFENSE SALUE LE SANG-FROID DES MILITAIRES SENTINELLE À VALENCE

AMMAN (Reuters) - La réaction des soldats de Sentinelle attaqués par une voiture vendredi dans la Drôme montre l'importance de faire appel à des militaires dans le cadre de cette opération "dangereuse", a estimé samedi Jean-Yves Le Drian, saluant leur sang-froid et leur maîtrise de l'usage du feu.

L'attaque "montre que Sentinelle est une opération dangereuse et qu'il faut faire appel à des militaires parce qu'ils ont cette expérience-là, de vigilance, de sang-froid", a dit le ministre de la Défense à des journalistes en marge d'un déplacement en Jordanie. "Ils ont été tout à fait à la hauteur de leur tâche."

Les quatre militaires étaient en faction à proximité de la grande mosquée de Valence lorsqu'une voiture a foncé sur eux vendredi après-midi, blessant légèrement aux jambes l'un des soldats.

Selon le maire de Valence, le véhicule est revenu à la charge à deux reprises et les militaires ont ouvert le feu au deuxième assaut, blessant l'attaquant à la jambe et au bras.

Les motivations de l'assaillant demeurent pour l'heure inconnues.

"C'est une maîtrise du feu, de l'usage du feu et cette expérience-là, on ne l'a que parce qu'on a fait des opérations" militaires extérieures, a souligné Jean-Yves Le Drian. Dans une France placée en état d'alerte depuis les attentats du 13 novembre à Paris et Saint-Denis, "il faut être en permanence vigilant et c'est ce que font nos soldats", a-t-il poursuivi.

Dans la foulée des attentats de janvier contre Charlie Hebdo et l'hypercacher, plus de 10.000 militaires avaient été mobilisés sur l'ensemble du territoire pour surveiller les édifices sensibles dans le cadre de l'opération Sentinelle.

Ce dispositif, qui est accolé au plan Vigipirate, a été par la suite pérennisé à hauteur de 7.000 militaires déployés avant d'être une nouvelle fois porté à 10.000 après les attentats de novembre.

Cette nouvelle mission de protection, inédite dans son ampleur sur le plan intérieur, a mis sous pression une armée française déjà très sollicitée sur les théâtres extérieurs, notamment au Sahel et dans le Golfe.

(Marine Pennetier)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant