Le discours de Marine Le Pen interrompu par les Femen

le , mis à jour à 13:13
1
DES FEMEN INTERROMPENT LE DISCOURS DE MARINE LE PEN À PARIS
DES FEMEN INTERROMPENT LE DISCOURS DE MARINE LE PEN À PARIS

PARIS (Reuters) - Le discours de Marine Le Pen, point d'orgue du traditionnel rassemblement du Front national à Paris à l'occasion du 1er-Mai, a été interrompu vendredi par l'irruption de trois "Femen", des militantes féministes, qui criaient "Heil Le Pen!".

La présidente du FN avait entamé son intervention place de l'Opéra, devant l'image de Jeanne d'Arc, figure emblématique du jour marquée du slogan "La France fait front!", quand les trois activistes, seins nus, sont apparues au balcon d'un immeuble et ont déployé deux banderoles rouges où était inscrit "Heil Le Pen".

L'an dernier déjà, des "Femen" s'étaient immiscées dans le cortège du FN avant d'être rapidement évacuées.

Munis de mégaphones, les "Femen" ont fait le salut nazi à plusieurs reprises sous les huées des partisans du FN rassemblés sous la bruine.

Marine Le Pen a alors été contrainte d'interrompre son discours durant une dizaine de minutes.

"Il est assez paradoxal quand on se dit féministe de tenter de perturber un hommage à Jeanne d'Arc", a-t-elle lancé à l'adresse des militantes.

Quatre membres du service d'ordre du FN ont finalement délogé sans ménagement les trois jeunes femmes du balcon après plusieurs minutes de flottement.

"Elles vont être obligées d'aller se rhabiller", a dit Marine Le Pen, qui a ajouté toujours sur le ton de l'ironie : "Que de surprises dans ce 1er-Mai!"

PÈRE ET FILLE SÉPARÉMENT

Jean-Marie Le Pen, père de Marine Le Pen et fondateur du FN qui a créé en 1988 le défilé en l'honneur de Jeanne d'Arc, s'était en effet invité à la tribune juste avant le discours de sa fille pour susciter lui aussi les applaudissements des militants.

Marine Le Pen, sourire crispé, a pris la parole avant même que Jean-Marie Le Pen ne quitte la tribune.

Symbole de la rupture familiale et politique entre le président d'honneur et sa fille depuis son interview controversée à l'hebdomadaire d'extrême droite Rivarol, Jean-Marie Le Pen, vêtu d'une parka rouge, a quitté la place de l'Opéra dans sa voiture, sans écouter le discours de sa fille.

Jean-Marie Le Pen prenait place traditionnellement à la tribune depuis 2011, année où il a transmis le flambeau à Marine Le Pen.

Au terme du défilé qui a précédé l'intervention de la présidente du FN, Jean-Marie Le Pen ne figurait pas en tête de cortège comme à l'habitude mais marchait en arrière.

Marine Le Pen et son père ont par ailleurs déposé séparément une gerbe au pied de la statue de Jeanne d'Arc, rue de Rivoli, alors qu'il était de coutume qu'ils le fassent ensemble.

"La présidente est à la présidence et Jean-Marie est à l'honneur", avait auparavant déclaré le président d'honneur du FN face aux questions pressantes des journalistes. "Chacun est à sa place".

Le bureau exécutif du FN se réunit lundi pour décider d'éventuelles sanctions à l'encontre de Jean-Marie Le Pen, qui a notamment défendu le maréchal Pétain dans son entretien à Rivarol.

(Sophie Louet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fortunos le vendredi 1 mai 2015 à 14:16

    Vu les circonstances;apparition sur un balcon d un appart prive,je ne serais pas surpris que ce no de "fausses femen",ait ete programme par l organisation du fn,tout simplement pour queles medias oublient la brouille entre la fille et le pere lepen mis a l arriere du défilé