Le dernier building icônique de Zaha Hadid à Miami

le
0

EN IMAGES - Dans cette ville qu’elle aimait et où elle a passé ses derniers instants, l’architecte anglo-irakienne, a dessiné un immeuble de luxe qui ne ressemble à aucun autre. En cours de construction, il est en passe de devenir «collector» .

Le building n’est pas encore terminé, il doit l’être dans deux ans seulement en 2018. A Downtown Miami, au nord de la nouvelle capitale américaine de l’art et du design, Zaha Hadid se sentait chez elle. Et elle s’est personnellement beaucoup impliquée dans One thousand museum, ce projet à deux pas du quartier culturel de la ville. Elle ne le verra donc pas, une crise cardiaque consécutive à une bronchite a stoppé net la trajectoire de la flamboyante architecte qui avait reçu en 2004 le prix Pritzker, l’équivalent du Nobel dans sa discipline. Mais toute sa fougue et son dessin resteront dans cet immeuble qui ne ressemble à aucun autre.

«Imaginez qu’elle a pris ce que l’on met habituellement à l’intérieur d’un immeuble et que l’on ne voit pas pour l’exposer à l’extérieur. L’exosquelette est visible et il sera fait d’une matière nouvelle, à base de béton et de quartz qui scintillera au soleil» explique Florian Jouin chez Sotheby’s International Realty, réseau qui a l’exclusivité de la commercialisation de la tour. Celle-ci sera d’ailleurs la seule tour résidentielle de l’architecte dans le monde occidental (une autre s’élève à l’autre bout de la planète, à Abu-Dhabi).

Le dessin somptueux de Zaha Hadid est admiré même par ceux qui émettaient des réserves sur ses créations. Des lignes courbes, sensuelles qui animent le Centre aquatique dessiné pour les Jeux Olympiques de Londres, on retrouve un peu le souffle dans cette résidence de luxe avec sa piscine tout en transparence.

Le plus petit appartement affiche 450 m²

Les promoteurs de One thousand museum veulent en faire une des résidences les plus privées et les plus sécurisées de la ville. Avec son entrée spectaculaire en forme de dents de requins, elle s’annonce singulière. Mais aussi très «exclusive» comme disent les professionnels de l’immobilier de luxe.

Sur ses 61 étages, elle ne propose que 83 appartements. Le plus petit? Il affiche 450 mètres carrés et occupe un demi étage. Pour ceux qui recherchent encore plus d’espace, il est possible de s’offrir un étage entier (920 mètres carrés) ou des duplex de 750 mètres carrés. Prix: 5,8 millions de dollars pour le demi étage et jusqu’à environ 18 millions pour les plus grandes unités.

Plus de la moitié du programme (60%) est déjà vendu. Quelques Français ont acheté dans la résidence, aux côtés de Brésiliens, d’Américains, de Suisses et d’Américains. Et peu après l’annonce du décès de l’architecte, le téléphone a beaucoup sonné dans le bureau de vente. L’immeuble devrait devenir «collector», d’autant que l’architecte a également dessiné les aménagements intérieurs. «La plupart de nos clients sont des collectionneurs d’art, ils sont sensibles à l’écriture architecturale de Zaha Hadid. Et dans cet immeuble, elle a vraiment tout dessiné, choisi, même les poignées de portes, le lobby...Elle disait que cet immeuble était son cadeau à la ville de Miami» confie Florian Jouin. Elle en a même choisi les senteurs qui seront la marque de certains espaces (l’entrée, le centre aquatique, le spa)...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant