Le déficit 2015 ramené à 3,5% du PIB, la dette monte à 95,7%

le , mis à jour à 08:24
9
LA DETTE PUBLIQUE À UN NIVEAU RECORD
LA DETTE PUBLIQUE À UN NIVEAU RECORD

PARIS (Reuters) - Le déficit public de la France s'est élevé à 77,4 milliards d'euros, soit 3,5% du produit intérieur brut en 2015, un plus bas depuis la crise financière de 2008, selon les premiers résultats des comptes nationaux des administrations publiques publiés vendredi par l'Insee.

Mais la dette publique a progressé de 56,6 milliards d'euros l'an passé pour atteindre 2.096,9 milliards, un nouveau record, soit l'équivalent de 95,7% du PIB contre 95,3% un an plus tôt.

Le déficit, qui agrège les soldes des comptes de l'Etat, des collectivités locales et des administrations de Sécurité sociale, est inférieur à l'objectif de 3,8% du PIB fixé par le gouvernement alors que l'Insee a révisé à 4,0%, contre 3,9% annoncé précédemment, le chiffre de 2014.

De même, le ratio de dette ressort en-dessous de la marque de 96,3% du PIB retenue dans la dernière version de la trajectoire des finances publiques d'avril 2015.

Le gouvernement avait laissé entendre clairement que le déficit public 2015 serait inférieur aux prévisions après les annonces successives de comptes de l'Etat et de la Sécurité sociale moins dégradés qu'escompté.

Le déficit de l'Etat a été revu en légère hausse à 71,3 milliards d'euros contre 70,5 milliards annoncé dans un premier temps, après 75,3 milliards en 2014.

Celui de la sécurité sociale a été ramené à 5,7 milliards (7,9 milliards en 2014) et les collectivités locales ont dégagé un excédent de 0,7 milliard d'euros (après un déficit de 4,6 milliards un an plus tôt) en raison d'une baisse de 4,6 milliards de leurs investissements.

Dans un communiqué, le ministre des Finances Michel Sapin déclare que le gouvernement a "assuré en 2015 une réduction des déficits compatible avec le retour de la croissance".

"C’est notre sérieux budgétaire qui nous a permis d’atteindre ces bons résultats. Nous continuerons en 2016 et en 2017 à réduire les déficits tout en finançant nos priorités, en baissant les impôts et en confortant la croissance et l’emploi", a-t-il dit.

L'objectif de 2016 est un déficit public a 3,3% du PIB avant une baisse à 2,7% en 2017.

Les dépenses publiques ont atteint 56,8% de la richesse nationale l'an passé, soit 0,5 point de moins que le record de 57,3% de 2014 (annoncé précédemment à 57,5%).

A la faveur de la baisse des impôts, le taux de prélèvements obligatoires est revenu à 44,5% du PIB contre 44,8% en 2014 comme en 2013.

(Yann Le Guernigou)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4098497 il y a 11 mois

    Avec un déficit à zéro, on ne rembourse pas encore la dette...

  • M4098497 il y a 11 mois

    Il aurait réussi à inverser la courbe du déficit et pas celle du chômage et de la dette. Une sur trois. Peut mieux faire mais il est trop tard

  • bsdm il y a 11 mois

    le chiffre de 3,5% est FAUX :la cour des comptes elle mème a pointé une "anomalie "quand le gouvernement comptabilise en recettes plus de 9 milliards de redressements ficaux non encaissés :c'est à dire 0,45% de déficit supplémentaire . le vrai chiffre est donc un déficit 2015 de 3,95% supérieur aux prévisions .

  • axfapi il y a 11 mois

    pas de commentaires sur les chiffres du chomage bizarre non, même boursorama ne les commente pastous les medias à la botte des socialos

  • cletell3 il y a 11 mois

    la droite on sait ce qu'elle vaut mais se faire voler par la gauche non des gens qui sont tellement bon en tout mais en réalité des bons à rien qui vivent sur le dos des personnes qui travaillent alors !!!!!!!!

  • alainb57 il y a 11 mois

    En 2017 tout va s'arranger avec le retour de la droite : baisse du déficit, des impots , du chomage, de l'insécurité, augmentation du pouvoir d'achat et des salaires. Enfin, ca c'est pour les réveurs . N'est ce pas pversaul ?

  • kpm745 il y a 11 mois

    3,5% pour une inflation à zéro est un très mauvais score

  • titresyl il y a 11 mois

    ce qui serait bien c'est qu'ils nous donnent les VRAIS CHIFFRES ... allez un peu d'honnêteté messieurs les politiques et messieurs les journalistes ...

  • pversaul il y a 11 mois

    Et l'autre qui se permettait de critiquer la politique de son prédécesseur quant à l'évolution de la dette, il est en passe de faire "aussi bien " :-)