Le brevet des collèges sur la sellette ?

le
0
Le brevet des collèges, dont quelque 800 000 élèves de troisième vont passer cette année les épreuves écrites, est-il appelé à disparaître ?
Le brevet des collèges, dont quelque 800 000 élèves de troisième vont passer cette année les épreuves écrites, est-il appelé à disparaître ?

Le diplôme national du brevet (DNB) vit-il ses derniers instants ? À en croire Le Figaro, le maintien de l'examen dans sa forme actuelle fait débat dans les hautes sphères de l'Éducation nationale, alors que 800 000 élèves de troisième vont plancher les 26 et 27 juin prochains. Le Conseil supérieur des programmes (CSP), créé en octobre par le ministre de l'Éducation nationale, réfléchit en effet à son évolution. C'est ce qu'aurait laissé entendre Denis Paget, membre du CSP et ancien secrétaire national du Snes, le principal syndicat du secondaire.

"Nous n'allons pas maintenir le brevet. (...) Il n'y aura que la validation du socle en fin de troisième", a-t-il déclaré, selon le site Le Café pédagogique, lors d'une réunion organisée par un syndicat.

Il faut dire que cet examen de fin de troisième, qui n'est plus, depuis longtemps, "une condition pour passer en seconde", comme l'explique au quotidien l'historien de l'éducation Claude Lelièvre, a connu moult remaniements au cours de son histoire. Attribué sans examen sur la base des résultats scolaires à partir de 1981, il renoue avec son ancienne forme en 1986, quand Jean-Pierre Chevènement réintroduit un examen écrit. "Lors de sa première mouture, le taux de reçus ne dépasse pas 49 %", rappelle Claude Lelièvre.

Un système hybride incohérent

Est-ce à dire que le brevet va connaître le même destin que le certificat d'études, supprimé officiellement en 1989 ? Le noeud...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant