Le blanchiment des dents reste une prestation faiblement remboursée

le
0

Ce soin coûteux est non pris en charge par l'Assurance maladie. C'est pourquoi, quelques complémentaires santé proposent un remboursement forfaitaire partiel de ces soins de confort.

À cause du café, du thé, du vin, du tabac, de certains médicaments ou tout simplement du vieillissement, les dents jaunissent. Pour ralentir ce jaunissement, plusieurs méthodes existent. Certaines sont naturelles et donc sans danger. D'autres sont chimiques et impliquent d'avoir l'avis, voire l'intervention, d'un chirurgien-dentiste.

Le peroxyde d'hydrogène au cœur des traitements.

Le blanchiment des dents peut se faire dans des établissements spécialisés, communément appelés bars à sourire, ou auprès d'un chirurgien-dentiste. Dans les deux cas, le peroxyde d'hydrogène est utilisé.

Avant d'intervenir, le chirurgien-dentiste procède toujours à un bilan bucco-dentaire. Ensuite, lors d'au moins deux séances, il place une gouttière avec une quantité modérée de peroxyde d'hydrogène. C'est un gel abrasif éclaircissant rapidement les dents. Dans les bars à sourire, le procédé est le même. Cependant, non seulement il n'y a pas de bilan bucco-dentaire, mais il faut être vigilant car la quantité de peroxyde d'hydrogène n'est pas réglementée. Ces établissements sont d'ailleurs fortement déconseillés par l'Afssaps. De la même manière, les kits de blanchiment commercialisés en grande surface sont également fortement déconseillés par l'Afssaps.

Le remboursement du blanchiment des dents.

Le blanchiment des dents est un soin coûteux. Dans les bars à sourire, la prestation coûte en moyenne 500 euros. L'opération peut atteindre 800 euros chez un chirurgien-dentiste. C'est considéré comme une intervention de confort et le blanchiment des dents n'est pas remboursé par l'Assurance maladie ni par une majorité des organismes de complémentaires santé.

Cependant, certaines mutuelles acceptent de rembourser les blanchiments dentaires. La prestation entre alors dans le cadre d'un forfait de remboursement pour les actes dentaires non remboursés. Le montant de ce forfait peut atteindre jusqu'à 400 euros par an et les modalités de remboursement sont indiquées dans le contrat d'assurance santé.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant