Le bilan du pacte de responabilité ne satisfait pas Manuel Valls

le
3
LE BILAN DU PACTE DE RESPONSABILITÉ N'EST PAS SATISFAISANT, DIT MANUEL VALLS
LE BILAN DU PACTE DE RESPONSABILITÉ N'EST PAS SATISFAISANT, DIT MANUEL VALLS

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a jugé lundi que la mise en oeuvre du pacte de responsabilité n'était "pas satisfaisante" et exhorté le patronat à "assumer ses responsabilités", à l'issue d'une réunion de suivi avec les partenaires sociaux.

"J'en appelle chacun à assumer ses responsabilités, notamment le patronat", a déclaré le Premier ministre.

Evoquant des engagements "pas respectés" et un "bilan pas satisfaisant", il a précisé qu'il ne s'agissait pas d'une "menace". "Il s'agit que chacun prenne ses responsabilités et laisse la place au dialogue social", a-t-il ajouté.

"Nous respecterons l'engagement financier, mais les aides peuvent être conditionnées, réorientées", a encore dit Manuel Valls.

Annoncé par François Hollande lors de ses voeux pour l'année 2014, le pacte de responsabilité avait pour objectif de permettre des créations massives d'emplois en échange d'un allègement des charges sur le travail pour les entreprises.

(Myriam Rivet, édité par Simon Carraud)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • amathie7 le lundi 15 fév 2016 à 19:21

    Qu'il nous fasse voir comment faire, ce petit donneur de leçons ! Qu'il laisse tomber son job, hypothéque son patrimoine et crée sa propre entreprise. S'il en est capable ( je ne le crois pas) ensuite il pourra donner des leçons !

  • sibile le lundi 15 fév 2016 à 19:05

    ces pauvres socialistes n'ont toujours pas compris comment une entreprise fonctionne ; un patron n'embauche pas pour faire plaisir au gouvernement mais seulement si ça permet à l'entreprise de faire davantage de profit

  • M999141 le lundi 15 fév 2016 à 18:45

    N'en déplaise à Monsieur Vals, les entreprises n'embaucheront que lorsque les carnets de commande seront mieux orientés et que les entrepreneurs auront plus de visibilité politique , économique et fiscale. Donc, rien avant le départ des socialistes. Les entreprises ne sont pas des administrations où on embauche pour "créer" de l'emploi et ou il suffit d'augmenter les impôts pour compenser.