Lazorthes - Jeunesse (politique de la)

le
0
Des étudiants de l'université de Toulouse II le Mirail votent pour la reconduction de la grève lors d'une assemblée générale, le 12 mai 2009. Photo d'illustration.
Des étudiants de l'université de Toulouse II le Mirail votent pour la reconduction de la grève lors d'une assemblée générale, le 12 mai 2009. Photo d'illustration.

Que jeunesse est ingrate ! Celle-ci, pourtant au c?ur du « rêve français » cher à François Hollande, traite le gouvernement comme s'il était de droite. C'est un fait : depuis 1968, à quelques exceptions près, c'est contre la droite qu'en France jeunesse (se) manifeste : loi Devaquet sur l'autonomie des universités en 1986, Contrat d'insertion professionnelle de Balladur en 1994, Contrat première embauche de Villepin en 2005?  « Qui tient la jeunesse tient l'armée », disait Liebknecht : qui tient la jeunesse tient le pays, comprit la gauche. Les « mouvements » de jeunesse, dont les socialistes furent les habiles artificiers, se retournent-ils contre ceux qui les ont établis ?

François Hollande, pourtant, ne s'est pas économisé pour tenir son engagement et l'administration française a fait preuve d'une inventivité incroyable pour décliner en mesures la « priorité » présidentielle : les « contrats d'avenir », les  « contrats de génération », les « emplois francs », la « garantie jeune » pour les moins de 25 ans qui ne peuvent prétendre au RSA?  Les « jeunes » ne savent-ils pas qu'a été institué un Comité interministériel de la jeunesse (CIJ) pour inaugurer la « nouvelle politique publique intitulée Priorité Jeunesse » dûment déclinée par un document budgétaire de politique transversale ?  Ne sont-ils pas transportés de reconnaissance à la lecture des dossiers de presse du CIJ...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant