La violente charge de Patrick Buisson contre Nicolas Sarkozy

le
0
Patrick Buisson, le 15 octobre 2012, à Paris.   
Patrick Buisson, le 15 octobre 2012, à Paris.   

Après Nadine Morano qui a promis de "dézinguer" celui qui fut "son Nicolas" et Jérôme Lavrilleux qui le charge dans l'affaire Bygmalion, le front des amis déçus de Sarkozy, et qui ont juré sa perte, s'élargit. Cette semaine, c'est Patrick Buisson qui, dans un entretien à la revue Élément, charge son ancien patron. Après avoir contribué à l'élection de Nicolas Sarkozy en 2007, puis inspiré sa droitière campagne de 2012, le conseiller avait été remercié pour avoir enregistré leurs conversations privées à son insu.

"Un bon candidat, mais un mauvais président"

S'il se fait rare dans les médias, Buisson a quand même pris la peine de porter un jugement particulièrement sévère sur l'action politique de Sarkozy à la tête du pays : "La force de Sarkozy, c'est qu'il fut un bon candidat, mais un mauvais président. Il aurait pu renverser le rapport de force s'il s'y était pris plus tôt. Ce ne fut pas le cas. Il aura cependant permis de retrouver des marqueurs idéologiques, à commencer par le thème de l'identité, même si cela n'a pas été suivi de la mise en application d'une politique. Il a créé un ministère de l'Identité nationale, sans contenu, certes, mais, les mythes politiques étant ce qu'ils sont, plus puissants que tout, on ose de nouveau employer le terme. Par là, on a réveillé symboliquement un fond immémorial qui parle à l'imaginaire collectif."

"On est au pouvoir, il faut agir, en finir avec la...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant