La ville de Nice refuse d'effacer des images de l'attaque

le
31
LA VILLE DE NICE REFUSE D'EFFACER DES IMAGES DE L'ATTAQUE
LA VILLE DE NICE REFUSE D'EFFACER DES IMAGES DE L'ATTAQUE

NICE (Reuters) - Nice n'entend pas satisfaire à une demande de la sous-direction antiterroriste de la police judiciaire (SDAT) d'effacer près de 24 heures d'images de la Promenade des Anglais pendant et après l'attaque du 14 juillet, a annoncé jeudi l'avocat de la ville.

La SDAT a transmis cette demande au responsable du centre de supervision urbain de Nice, via une réquisition judiciaire, afin "d'éviter la diffusion non contrôlée de ces images", dit-on de source judiciaire, confirmant une information du Figaro. "Bien évidemment, ces images ont été placées sous scellé judiciaire", ajoute-t-elle.

Cette demande de la justice a surpris Me Philippe Blanchetier, qui assiste la ville de Nice, notamment "eu égard à la polémique sur la nature du dispositif policier" déployé le soir de l'attaque.

"C'est la première fois de ma vie que je vois une réquisition aux fins d'effacement de preuves", a-t-il dit à Reuters. "L'argument avancé de risque de fuite ne tient pas."

L'avocat a donc écrit à la SDAT pour lui faire savoir que la ville n'allait pas, en l'état, satisfaire cette réquisition, qui concerne les images recueillies par toutes les caméras de vidéosurveillance ayant vue sur la scène de crime.

Dans ce courrier, dont Reuters a eu copie, il indique que les données seront en principe automatiquement effacées à compter de dimanche soir, comme le prévoit la loi.

Me Blanchetier a toutefois précisé à Reuters qu'il comptait saisir le procureur de Nice et le président de la Commission nationale de l'informatique et des libertés (Cnil) d'une demande de conservation de ces données au-delà de la durée légale.

"Si jamais ces images étaient indisponibles, les victimes se verraient privées d'un moyen de preuve d'un éventuel manquement" des autorités en matière de sécurité, dans le cadre d'enquêtes futures, explique-t-il.

La polémique sur les mesures de sécurité mises en place sur la Promenade des Anglais de Nice, où 84 personnes ont été tuées dans une attaque au camion lors des festivités du 14 juillet, a incité jeudi le gouvernement à ouvrir une enquête interne.

(Matthias Galante, avec Chine Labbé à Paris, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • m1234592 il y a 4 mois

    Une bonne fois pour toute, la sécurité nationale est une responsabilité régalienne, toute manifestation est soumise à l'accord du préfet et à sa hiérarchie qui autorisent ou non et qui organisent les moyens nécessaires à la sécurité de la manifestation et au maintien de l'ordre public. Le seul point qui manque ou qui n'est pas appliqué c'est la responsabilité financière et morale des organisateurs dans les désordres publics (pas les attentats qui restent de la responsabilité de l'état)

  • M415325 il y a 4 mois

    Hollande en difficulté ils mentent trafiquent on a mis Sarko dehors pour récupérer un type pire 10000000 pire que lui au bûcher ces traîtres

  • gendrefr il y a 4 mois

    marrant frk987: "l'état est innocent , tout est de la faute d'Estrosi", estrosi a un mandat de maire adjoint de nice et president de region paca donc il est un responsable de l'état. dedouaner des responsabilité des politiques est devenu "un sport"?

  • roober il y a 4 mois

    La hollandie dans toute sa splendeur, qui n'a d'égale que la défunte stasi ...

  • phch il y a 4 mois

    incompréhensible !! ................effacer des faits irréfutables! ............incompréhensible !!

  • nicog il y a 4 mois

    "réquisition aux fins d'effacement de preuves", bienvenue en Afghanistan ? Euh, en Hollandoustan....

  • 35924358 il y a 4 mois

    Il faut placer des blocs de béton, comme le font les Israéliens pour réduire les actes terroristes émanant du Hamas. Etat Islamique, Hamas, H.ezbollah, Boko Haram, tous unis pour semer la terreur, ici et là-bas. Ainsi, les voitures / camions bélier pourront plus difficilement circuler. Et cela ne coûte pas cher.

  • frk987 il y a 4 mois

    Est puni de trois ans d'emprisonnement et de 45 000 euros d'amende le fait, en vue de faire obstacle à la manifestation de la vérité 1° De modifier l'état des lieux d'un crime ou d'un délit soit par l'altération, la falsification ou l'effacement des traces ou indices, soit par l'apport, le déplacement ou la suppression d'objets quelconques ; 2° De détruire, soustraire, receler ou altérer un document public ou privé ou un objet de nature à faciliter la découverte d'un crime ou d'un délit, l

  • frk987 il y a 4 mois

    La destruction ou la dissimulation de preuves de crimes est punie par la loi. Il faudrait le rappeler aux zélus qui ont eu cette brillante idée. Qu'on applique la loi et les voilà en prison pour quelques années.

  • M7097610 il y a 4 mois

    perso, la mode des caméras, je suis persuadé qu'il y a de la corruption derrière. Une caméra ne coute quasi rien mais les marchés publics mentionnent toujours des millions. Et quand on pense aux centaines d'agents qui font du gras derrière les écrans au lieu de patrouiller, ça me rend fou !