La troisième mort de Jo Goldenberg !

le
1
Le restaurant de Jo Goldenberg, rue des Rosiers, à Paris.
Le restaurant de Jo Goldenberg, rue des Rosiers, à Paris.

Son nom est entré dans l'histoire bien malgré lui. Le lundi 9 août 1982, un groupe de cinq hommes armés pénètre dans le restaurant Jo Goldenberg, situé 7 rue des Rosiers, dans le quartier du Marais, à Paris. Ils tirent sur tout ce qui bouge et l'un d'eux lance une grenade. Une cinquantaine de clients sont attablés. Six d'entre eux seront tués. Vingt-deux autres blessés. Aucune organisation ne revendiquera cet attentat. L'enquête suspectera le Fatah d'Abou Nidal.

En 2008, une contre-enquête pointera du doigt un groupe de "néonazis" venu d'Allemagne. Plus de trente ans plus tard, ce crime n'a toujours pas été puni. À la télévision, Jo Goldenberg fera part de sa colère, de son effondrement. Il était au volant de sa voiture entre sa résidence secondaire de Chantilly et Paris, et fut l'un des premiers à se rendre sur place. Il se souvient de la mare de sang sous le comptoir et de son cousin qui figure au nombre des victimes. Ce jour-là, le petit restaurateur du Marais meurt une première fois.

Dépôt de bilan en 2006

Son restaurant rouvre quelques mois plus tard. Il devient un lieu de pèlerinage, de mémoire, autant qu'une table où il faut être vu. Des portraits des plus grandes personnalités du monde ornent les murs de l'établissement. Mais le fils de Jo, qui a repris le petit restaurant, n'excelle pas. La clientèle le déserte. Après des problèmes d'hygiène et de dette, il est placé en redressement judiciaire en 2006. En 2010, il...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pbenard6 le vendredi 9 mai 2014 à 18:27

    pourquoi un journal ressert-il cette histoire?