La Suisse s'apprête à revoter pour expulser des délinquants étrangers

le , mis à jour le
9
L'UDC, le pari le plus à droite en Suisse, a fait de la lutte contre l'immigration son cheval de bataille. 
L'UDC, le pari le plus à droite en Suisse, a fait de la lutte contre l'immigration son cheval de bataille. 

L'Union démocratique du centre (UDC), le parti le plus à droite de l'échiquier politique helvétique, tient tellement à l'expulsion des criminels et délinquants étrangers qu'elle a lancé deux ?initiatives populaires? sur ce sujet ! Le 28 novembre 2010, les Suisses votaient à 52,9 % ?pour le renvoi des étrangers criminels?. Seulement voilà, la difficulté consiste ensuite à traduire la volonté populaire dans un texte de loi. Si le renvoi d'un assassin, d'un violeur d'enfants ou d'un fabricant de fausse monnaie ne pose pas de difficultés insurmontables, en revanche le refoulement pour des délits heurte le droit international. Est-il raisonnable de chasser un étranger, né en Suisse, qui aurait été simplement pris dans une bagarre ? Ou qui aurait perçu abusivement des prestations sociales  ?

Résultat, ni le gouvernement ni le Parlement ne se sont bousculés pour faire passer le texte de la loi d'application sur le renvoi des étrangers criminels. Validé seulement en mars 2015, il devait entrer en vigueur le 1er janvier 2016, soit cinq ans après le référendum. Mais c'était sans compter sur l'impatience de l'extrême droite, qui a lancé une nouvelle ?initiative populaire?, intitulée cette fois ?pour le renvoi effectif des étrangers criminels?. Dans la Confédération, il suffit de recueillir 100 000 signatures pour pouvoir organiser un référendum. Le 28 février, les Suisses vont donc se prononcer une nouvelle fois sur...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7097610 il y a 11 mois

    il est difficile d'être democrate au sens ethymologique du terme mais les suisses sont ceux qui se rapprochent le mieux de la définition. L'UE quant à elle se complait dans la dictature tout en la denonçant : comble de l'hypocrisie

  • d.contan il y a 11 mois

    restif1 il faut passer outre le droit international si cela s'oppose à la volonté populaire...ce n'est pas aux autres pays de reglementer les flux migratoires dans un pays

  • restif1 il y a 11 mois

    les Suisses se prononceront encore une fois pour et on leur répondra une fois de plus que c'est impossible à cause de la primauté du droit européen et du droit international. Pas facile d'être le dernier village à résister

  • d.contan il y a 11 mois

    bravo la suisse .....un vrai pays democratique .c'est pas comme en france

  • delapor4 il y a 11 mois

    Tu n'as donc pas lu l'article fr987 ???

  • frk987 il y a 11 mois

    n'importe quoi delapor4......

  • delapor4 il y a 11 mois

    Ils ne sont que semi-heureux, fr987, puisqu'ils doivent s'y reprendre à deux fois pour que leur gouvernement obtempère aux décisions du peuple. Même en Suisse les élites tentent de trahir leur peuple !

  • frk987 il y a 11 mois

    Les heureux Suisses qui peuvent s'exprimer librement.......mon rêve !!!!!

  • M940878 il y a 11 mois

    oui il faut tous les expulser même pour des petits délits