La Suède veut supprimer ses prêts immobiliers à vie

le
1

Le gouvernement suédois souhaite en finir avec cette exception locale permettant d’emprunter sur des durées dépassant un siècle en ne payant que les intérêts sans jamais rembourser le capital.

Les propriétaires immobiliers en Suède vont être contraints de rembourser leur emprunt sur une durée raisonnable, a annoncé samedi le gouvernement, qui a trouvé un accord avec l’opposition pour mettre fin aux prêts à vie. Une loi devrait supprimer cette spécificité suédoise, consistant pour les ménages les plus solvables à payer les intérêts, tandis que le capital n’est pas remboursé du tout, ou si lentement que le prêt pourrait courir théoriquement sur plusieurs siècles parfois.

Inquiétudes du secteur financier

Le ministère des Finances a annoncé dans un communiqué le dépôt d’un projet de loi pour permettre à l’Inspection du secteur financier de réglementer l’échéancier des emprunts. Le ministre des Marchés Financiers, Per Bolund (Verts), a précisé que le projet avait été validé par la coalition qui soutient le gouvernement de gauche et par l’opposition de centre-droit.

«Avec une obligation de remboursement du capital, nous réduirons le risque de voir la dette des ménages contribuer aux inquiétudes autour du secteur financier», a-t-il dit, cité dans le communiqué. C’est la deuxième fois que Stockholm tente de mettre un terme à cette tradition vue comme aberrante par, entre autres, le Fonds monétaire international et l’OCDE.

En novembre 2014, l’Inspection du service financier avait lancé un projet de règlement pour contraindre les emprunteurs à s’acquitter de leur dette pour au moins la moitié du prix d’achat. Mais il y avait renoncé en avril quand un tribunal avait suggéré qu’il avait outrepassé les compétences qui lui étaient attribuées par la loi.

Les Suédois font partie des ménages les plus endettés d’Europe, avec des dettes représentant en moyenne 366 % de leur revenu disponible annuel chez ceux qui ont un emprunt immobilier. Les banques ont cependant déjà anticipé l’arrivée des nouvelles règles. Seuls 30 % des emprunts immobiliers contractés en 2014 sont remboursables sur une durée supérieure à l’espérance de vie, soit deux fois moins que ceux contractés en 2011.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • lm123457 le mardi 8 sept 2015 à 09:01

    truc de oufs !!! C'set bien un truc de socialos : les patrons s'en réjouissent à lavance d'un salarié qui doit rembourser pendant 150 ans ... il fera ce que veut le patron. socialos=MEDEF. Virons-les, mais pas pour LR=MEDEF !!!