La semaine de tous les dangers pour l'exécutif

le
1
François Hollande et Manuel Valls.
François Hollande et Manuel Valls.

Passera, passera pas ? En quête d'une légitimité nouvelle après la grave crise gouvernementale de la rentrée, le Premier ministre français, Manuel Valls, sollicite mardi pour la deuxième fois en cinq mois un vote de confiance des députés, et ce, deux jours avant une très attendue conférence de presse de François Hollande. Remaniement forcé pour évincer les ministres rebelles (Montebourg, Hamon, Filippetti), déballage embarrassant de l'ex-première dame Valérie Trierweiler sur sa vie avec le président à l'Élysée, éviction de l'équipe Valls II de Thomas Thévenoud, important dérapage des déficits publics 2014 et 2015, croissance atone... Le scénario improbable de la rentrée gouvernementale s'est jusque-là écrit de la plus noire des encres.

Mais, sauf concordance malchanceuse, le Premier ministre, lui aussi fragilisé par une rentrée catastrophique pour l'exécutif, devrait obtenir sans trop de heurts ce vote favorable. Manuel Valls n'a "aucun doute" sur ce point, a-t-il d'ailleurs répété à de nombreuses reprises ces derniers jours. Au point qu'il ne veut pas devoir compter sur la voix de Thomas Thévenoud, redevenu député mais aussitôt exclu du groupe socialiste et décidé à s'accrocher à son siège.

"Je demande à la gauche d'être forte. La question n'est pas de savoir si ça passe, mais de passer avec de la force, des marges", a déclaré le Premier ministre au Journal du dimanche. Il aura bien besoin de rassembler un...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le lundi 15 sept 2014 à 09:15

    Au moins ce genre d'article sous-entend qu'il y a un exécutif....toujours bon à savoir.