La Rochelle : ce qu'il faut retenir du discours de Manuel Valls

le
1
Manuel Valls estime que les migrants qui « fuient la guerre, les persécutions », doivent être accueillis » en France.
Manuel Valls estime que les migrants qui « fuient la guerre, les persécutions », doivent être accueillis » en France.

Manuel Valls a conclu dimanche midi l'université d'été du Parti socialiste. Il a tenu un discours pendant plus d'une heure. Voici ses principales déclarations :

 

Migrants

Manuel Valls a estiméque les migrants qui "fuient la guerre, les persécutions, la torture, les oppressions, doivent être accueillis" en France. "Donc, chaque demande d'asile doit être examinée, rapidement", a ajouté le Premier ministre lors de son discours de clôture de l'université d'été du PS. Les "migrants doivent être traités dignement, abrités, soignés", a-t-il lancé. "Notre devoir, c'est de trouver des réponses durables, fondées sur des valeurs : humanité, responsabilité, fermeté", a expliqué l'ancien ministre de l'Intérieur.

Manuel Valls a cité une phrase inscrite sur le socle de la Statue de la Liberté à New York : "Donnez-moi vos pauvres, vos exténués qui, en rangs serrés, aspirent à vivre libres, le rebut de vos rivages surpeuplés, envoyez-moi ces déshérités rejetés par la tempête. De ma lumière, j'éclaire la porte d'or". Il a appelé par contre à la "fermeté" contre l'immigration économique irrégulière. Manuel Valls fera d'ailleurs un déplacement lundi à Calais avec Bernard Cazeneuve, ministre de l'Intérieur, et deux commissaires européens.

L'union avec les Verts

Manuel Valls a appelé dimanche la gauche « socialiste, écologiste, radicale » à partir « unie » dès le premier tour des...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le dimanche 30 aout 2015 à 15:46

    Rien de bon à retenir.Le volontarisme et la constance de refuser la réalité sont une ineptie intellectuelle et une faute morale. La réduction des dépenses de l'état était et est toujours la réforme impérative et urgente pour ne pas laisser la charge de la dette en augmentation constante à nos enfants.