"La reconnaissance d'un État palestinien signifierait la fin du processus de paix"

le
2
Proche de Benyamin Netanyahou, Yuval Steinitz est actuellement ministre du Renseignement, des Affaires stratégiques et des Relations internationales d'Israël.
Proche de Benyamin Netanyahou, Yuval Steinitz est actuellement ministre du Renseignement, des Affaires stratégiques et des Relations internationales d'Israël.

Une rare flambée de violence secoue actuellement le Proche-Orient. Depuis deux semaines, la Cisjordanie et Jérusalem-Est sont le théâtre de manifestations palestiniennes quotidiennes que d'aucuns n'hésitent plus à qualifier de troisième Intifada. De passage en France pour parler du nucléaire iranien avec Laurent Fabius, Yuval Steinitz, le ministre israélien du Renseignement, des Affaires stratégiques et des Relations internationales, s'est confié au Point.fr au sujet de la crise que traverse son pays. Une conversation à bâtons rompus, hors des traditionnels sentiers diplomatiques. Le Point.fr : Comment interprétez-vous la nouvelle poussée de violence à Jérusalem ? Du terrorisme ou l'expression d'une exaspération ? Yuval Steinitz : Cette tactique visant à projeter des voitures, parfois avec des explosifs, contre des foules de civils, n'est pas nouvelle en Israël. Elle a déjà été utilisée il y a dix ans durant l'Intifada. Cette pratique n'est pas vraiment différente des attaques-suicides à l'explosif, du meurtre de policiers canadiens dans le Parlement à Ottawa, de l'attaque d'un terroriste dans le Musée juif de Bruxelles, ou du meurtre d'une famille juive - dont des enfants - à Toulouse. Le but est le même : tuer des juifs, des chrétiens, des étrangers, afin de mourir en martyr. Justement, la situation ne s'était-elle pas calmée à Jérusalem depuis dix ans ? Nous avons réussi à viser les...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • charleco le lundi 10 nov 2014 à 17:02

    Les juifs veulent occuper toute la région, il est donc hors de question de reconnaître un état palestinien. Quand ils sont revenus, après la seconde guerre mondiale, c'est forcément au détriment des arabes. Les lieux saints sont mélangés : c'est une situation inextricable si les juifs n'ont pas la volonté de faire la paix, je parle d'une paix équitable, pas d'une paix sioniste.

  • M8252219 le lundi 10 nov 2014 à 15:53

    Tant qu’Israël ne rendra pas une partie de leur terre aux palestiniens pour qu'il ai leur patrie Ils ne pourront prétendre vivre en paix.