La queue de l'avion d'AirAsia peut-être repérée

le
0
LA QUEUE DE L'AIRBUS D'AIRASIA A PEUT-ÊTRE ÉTÉ REPÉRÉ EN MER DE JAVA
LA QUEUE DE L'AIRBUS D'AIRASIA A PEUT-ÊTRE ÉTÉ REPÉRÉ EN MER DE JAVA

par Fergus Jensen et Adriana Nina Kusuma

PANGKALAN BUN/DJAKARTA, Indonésie (Reuters) - Un bâtiment de la marine indonésienne a repéré ce qui pourrait être la queue de l'avion d'AirAsia disparu depuis huit jours, une section dans laquelle devraient se trouver les enregistreurs de vol de l'appareil, ont déclaré lundi les autorités locales.

Le ministère indonésien des Transports a par ailleurs annoncé une modification des procédures préalables au décollage et la mutation temporaire de plusieurs responsables en poste au moment de l'accident.

En mer de Java, la zone quadrillée par les navires et les avions qui recherchent les débris et les corps des victimes du vol QZ8501 disparu le 28 décembre avec 162 personnes à bord a été étendue pour tenir compte des courants marins.

"Nous avons trouvé ce qui, avec une forte probabilité, devrait être la queue de l'avion", a déclaré à la presse Yayan Sofyan, le capitaine de l'un des bateaux participant aux recherches, à son retour au port de Surabaya.

On ignorait dans l'immédiat si ses propos faisaient référence à l'un des cinq gros objets repérés pendant le week-end au large des côtes de l'île de Bornéo.

L'agence météorologique indonésienne estime que la tempête tropicale qui soufflait sur la région le dimanche 28 décembre a probablement contribué au crash au large de Bornéo de l'Airbus A320-200, qui assurait la liaison Surabaya-Singapour.

Depuis la disparition de l'avion, les conditions météorologiques, marquées par des vents violents et de fortes vagues, ont constamment ralenti la recherche de l'épave et des boites noires, qui permettraient d'en savoir plus sur les circonstances exactes de l'accident.

"La mer n'a pas été très favorable mais les boites noires ont une durée de vie de 30 jours et on arrivera à les retrouver", a déclaré Peter Marosszeky, spécialiste de l'aéronautique à l'université de Nouvelle-Galles du Sud à Sydney. "C'est la météo qui explique le retard pris."

Ces enregistreurs sont situés dans la queue de l'avion, ce qui rend la recherche de cette partie de l'épave particulièrement importante.

TRENTE-SEPT CORPS RETROUVÉS

"Je ne suis pas encore en train de dire qu'il s'agit de la queue", a dit Fransiskus Bambang Soelistyo, le directeur de l'agence indonésienne de recherche et de secours, lors d'une conférence de presse à Djakarta. "C'est une supposition. Nous sommes en train d'essayer d'en avoir confirmation."

Trente-sept corps de passagers et de membres d'équipage ont jusqu'à présent été repêchés et certains d'entre eux étaient encore attachés à leur siège.

Le ministère des Transports a expliqué que plusieurs responsables des services aéroportuaires et du contrôle aérien allaient être affectés à d'autres missions pendant la durée de l'enquête. Il n'a donné aucune explication sur cette décision.

Il a précisé avoir publié, trois jours après le crash, des instructions obligeant les commandants de bord à assister en personne à un point d'information sur les conditions météorologiques et les éventuelles autres difficultés de vol avant chaque décollage.

"Une circulaire a été signée par le ministère des Transports le 31 décembre, spécifiant que les pilotes devaient faire le point en face à face avec un responsable des opérations de vol, afin que ce responsable sache que le pilote est en bon état de santé, etc", a dit Djoko Murjamodjo, le directeur général du transport aérien.

Il s'agit d'une pratique normale dans le secteur, ont dit des experts, mais on ignore pour l'instant si cette procédure était déjà en usage en Indonésie.

Les autorités indonésiennes ont retiré à la compagnie Indonesia AirAsia sa licence d'exploitation de la ligne Surabaya-Singapour, expliquant qu'elle n'avait pas l'autorisation de l'assurer le dimanche, jour du décollage du vol QZ8501.

Indonesia AirAsia est détenue à 49% par la compagnie à bas coûts malaisienne AirAsia. La disparition du vol QZ8501 est le premier accident mortel subi par un avion de la compagnie.

(avec Cindy Silviana, Eveline Danubrata et Charlotte Greenfield à Djakarta, Fransiska Nangoy à Surabaya et Jane Wardelle à Sydney; Tangi Salaün et Marc Angrand pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant