La préfecture de Paris renouvelle des mesures anti-"Nuit debout"

le
2
MESURES ANTI-"NUIT DEBOUT" PLACE DE LA RÉPUBLIQUE
MESURES ANTI-"NUIT DEBOUT" PLACE DE LA RÉPUBLIQUE

PARIS (Reuters) - La préfecture de police de Paris a pris lundi un nouvel arrêté interdisant la diffusion de musique et la consommation d'alcool sur la place de la République, coeur du mouvement "Nuit debout", durant la soirée et jusqu'à mardi matin.

Les autorités avaient déjà pris la semaine dernière des mesures similaires, qu'elles justifient dans un communiqué par la volonté de mettre fin aux "dégradations répétées et (aux) attaques récurrentes commises envers les forces de l’ordre".

Mais l'arrêté signé lundi étend la durée de ces interdictions, qui prendront effet dès 17h00 pour celles portant sur l'alcool et à 22h00 pour celles portant sur la musique.

Selon ce document, sont proscrits jusqu'à mardi 07h00 "les activités liées ou générées par le rassemblement Nuit Debout, notamment la diffusion de musiques et de bruits par tous moyens sonores" et "les cortèges constitués à partir de la place de la République".

La consommation d'alcool ainsi que la détention et le transport d'objets pouvant servir de projectiles ne sont pas non plus permis sur la place et dans les rues alentour.

Devenus quotidiens depuis le 31 mars, les rassemblements de la "Nuit debout" ont commencé comme un mouvement de protestation contre le projet de réforme du Code du travail et se donnent désormais pour but faire converger des luttes disparates.

Ils ont parfois donné lieu à des débordements - la station de métro République a par exemple été la cible d'une tentative d'incendie dimanche soir - et à l'arrestation de dizaines de personnes, présentées par la police comme des fauteurs de trouble.

(Simon Carraud, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm il y a 7 mois

    Les blagues les plus courtes sont les meilleures...

  • bsdm il y a 7 mois

    Le préfet n'a toujours pas utilisé les canons à eau pourtant fortement demandés par les syndicats de policiers pour éviter les heurts directs