La piètre défense de Louis Aliot face à Léa Salamé

le
0
Louis Aliot, vice-président du Front national, affirme que les Panama Papers n'ont rien à voir avec le Front national.
Louis Aliot, vice-président du Front national, affirme que les Panama Papers n'ont rien à voir avec le Front national.

Il n'était pas dans un très bon jour, Louis Aliot. Invité de France Inter mercredi matin, le vice-président du FN et compagnon de Marine Le Pen s'est laborieusement défendu sur le scandale qui affecte son parti : les Panama Papers. Plusieurs proches de Marine Le Pen, sa compagne dans la vie, sont en effet soupçonnés, selon Le Monde, d'avoir recouru à un « dispositif sophistiqué » de sociétés offshore pour faire sortir de l'argent hors de France : Frédéric Chatillon, un ami de longue date de Marine Le Pen, l'expert-comptable Nicolas Crochet et Gérald Gérin, le majordome de Jean-Marie Le Pen. « C'est leur problème », a martelé Louis Aliot alors que la journaliste lui demandait de réagir.

« Je ne suis pas l'agent de moralité de Frédéric Chatillon et Nicolas Crochet », s'est ainsi agacé Louis Aliot. « Je ne suis ni le gestionnaire de biens de Jean-Marie Le Pen ni son majordome, voilà ». « Posez-lui la question, enfin ! Je ne vis pas, moi, avec Jean-Marie Le Pen. Je ne connais pas l'étendue de ses affaires », a-t-il poursuivi. Ajoutant même : « Tout ça ne concerne pas le Front national. Est-ce que l'affaire Cahuzac met en cause le Parti socialiste ? Est-ce que monsieur Balkany, qui est mis en cause dans la même affaire, met en cause l'UMP ? » Et Léa Salamé de répondre : « Oui, en tout cas, ça entache Les Républicains. »

LIRE aussi Panama Papers : qui est Frédéric...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant