La paupérisation s'accroît chez les seniors

le
1
LES SENIORS DE PLUS EN PLUS TOUCHÉS PAR LA PAUVRETÉ
LES SENIORS DE PLUS EN PLUS TOUCHÉS PAR LA PAUVRETÉ

PARIS (Reuters) - La paupérisation s'accélère chez les seniors en raison de carrières professionnelles de moins en moins stables et d'une hausse du phénomène d'invalidité, selon le rapport annuel du Secours catholique sur l'état de la pauvreté en France.

Le document met aussi en avant une augmentation de la solitude chez les plus précaires, particulièrement chez les hommes, et alerte les autorités sur la précarité énergétique grandissante avec la montée des prix dans ce domaine.

Le Secours catholique dit avoir accueilli près d'un million et demi de personnes en 2013, dont 8,5% de plus de 60 ans, alors qu'ils représentaient 5% des populations aidées en 2000, et la progression est plus forte chez les plus de 50 ans, qui comptent pour 25,5% des personnes accueillies contre 18% en 2011.

Ce chiffre fait écho à ceux du chômage : en septembre, le nombre de demandeurs d'emploi de plus de 50 ans avait augmenté de 11,1% sur un an contre 4,0% pour l'ensemble de la population.

Le texte relève qu'un tiers des 55-64 sont bénéficiaires du Revenu de solidarité active (RSA).

Le Secours catholique s'inquiète en outre de la proportion grandissante de femmes parmi les seniors accueillis : de 54% en 2003 à 61% en 2013, avec un revenu moyen de 772 euros, "soit 215 euros en dessous du seuil de pauvreté", souligne le rapport.

Les plus âgés ne sont pas les seuls touchés puisque le nombre total de personnes accueillies s'accroît (+46.000), avec une hausse marquée des familles avec enfant, qu'elles soient monoparentales (+2,3%) ou qu'il s'agisse de couples (+6%).

Le revenu mensuel moyen des personnes soutenues, dont 16% de ménages qui n'ont aucune ressource, est de 515 euros par unité de consommation, soit 772 euros pour un couple ou 1.081 euros pour un couple avec deux enfants de moins de 14 ans.

L'organisation caritative rappelle encore que la pauvreté entraîne la perte de lien social. Ainsi les hommes seuls ont-ils compté pour un quart des ménages accueillis et présentent le niveau de vie moyen le plus faible, avec 437 euros par mois.

Enfin, écrit le Secours catholique, "la précarité énergétique gagne du terrain". L'aide financière apportée aux personnes dans cette situation a presque doublé (+90%) en dix ans.

(Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9080875 le jeudi 6 nov 2014 à 10:07

    On s'occupera d'eux de toute façon! Mais qu'en est-il de la paupérisation des 25/45 ans ? Comment leurs enfants, la nouvelle génération, sont-ils élevés ? Les parents ont-ils les moyens de leur payer les loisirs, les loger, les nourrir ?? Les parents qui n'ont connu que la crise depuis qu'ils sont entré sur le marché du travail ont-ils pu se constituer une épargne comme la génération précédente ?? Merci a la dérégulation et a la précarisation du marché.