La nouvelle vie (sous contrôle) du quotidien "Zaman"

le
0
Le contrôle et la censure semblent s?être généralisés à travers l?ensemble du groupe Zaman.
Le contrôle et la censure semblent s?être généralisés à travers l?ensemble du groupe Zaman.

Vendredi soir dernier, la Turquie découvrait avec effroi le nouveau tour de vis de l'exécutif à l'encontre de la presse d'opposition. Dans un coup de force, la police turque prenait le contrôle des locaux du groupe de presse Zaman. Un groupe de poids dans le paysage médiatique turc qui détient notamment le quotidien Zaman ?  650 000 tirages journaliers ?, sa version anglaise Today's

Zaman, l'agence de presse Cihan et l'hebdomadaire Aksiyon.

« En une nuit, on est devenu des terroristes», explique Mustafa Edib Yilmaz, journaliste aux pages internationales de Zaman. « Mais tout le monde sait que c'est de la répression politique », poursuit-il. Sur décision de justice, le groupe de presse ? très critique envers le président Erdogan ? a été mis sous tutelle administrative. Le rédacteur en chef, Abdülhamit Bilici, a été licencié.

Proche de l'imam Fethullah Gülen

Le groupe paye sa proximité avec le mouvement de l'imam Fethullah Gülen, très influent dans le système éducatif, la justice et la police turque. Ancienne alliée du président Erdogan et de son parti, l'AKP, la Ceemat ? comme les Turcs l'appellent ? est devenue aujourd'hui la bête noire d'Ankara après le scandale de corruption qui a éclaboussé le sommet de l'État turc en 2013. Accusés d'avoir mis en place un « État parallèle » visant à la chute du...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant