La mission Rosetta vit ses dernières minutes

le
0
FIN DE COURSE POUR LA SONDE ROSETTA
FIN DE COURSE POUR LA SONDE ROSETTA

par Victoria Bryan

BERLIN (Reuters) - Douze ans après son lancement, la sonde Rosetta vit ses derniers instants ce vendredi, se rapprochant de la surface de la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko, qu'elle a étudiée de près ces deux dernières années.

D'après les calculs des scientifiques du centre opérationnel de l'Agence spatiale européenne (ESA) à Darmstadt, en Allemagne, qui ont initié la "manoeuvre de collision" dans la nuit, la sonde devrait s'écraser sur "Tchouri" à 10h38 GMT, 12h38 heure de Paris. Il faudra une quarantaine de minutes pour que la confirmation parvienne sur Terre.

"Nous ne voulons pas d'une tournée du grand retour. Nous allons finir de manière très rock'n roll", a souligné vendredi matin Matt Taylor, l'excentrique responsable scientifique de la mission reconnaissable à ses tatouages et ses chemises chamarrées.

Les données recueillies par la mission Rosetta, notamment grâce au petit atterrisseur Philae qui s'est posé à la surface de cette comète, ont permis à la communauté scientifique de mieux comprendre comment se sont formées la Terre et les autres planètes du système solaire.

Dans les dernières heures de sa descente contrôlée vers la comète, Rosetta a continué de prendre des photos rapprochées du corps céleste et de recueillir des données sur les gaz près de la surface qui pourraient s'avérer cruciales à la compréhension de la formation des comètes.

"Nous ne sommes pas allés avec Rosetta dans les deux derniers kilomètres (au-dessus de la surface de la comète) et nous pensons qu'ils sont essentiels à la compréhension de la façon dont les gaz et la poussière s'échappent de la surface pour gagner l'atmosphère extérieure", expliquait récemment Matt Taylor à Reuters.

PLUS DE SIX MILLIARDS DE KM

Alors que Rosetta a passé plus de deux années dans la banlieue de la comète à recueillir des données, sa distance avec le Soleil atteint maintenant un point où l'énergie solaire devient trop faible pour la recharger et permettre la transmission de ses données.

Ceux qui ont travaillé à la mission Rosetta s'accordent à dire que la sonde, qui a parcouru plus de six milliards de kilomètres dans l'espace depuis son lancement en mars 2004, a dépassé de loin les attentes des scientifiques, en tenant bon aussi longtemps.

Elle a envoyé en novembre 2014 l'atterrisseur Philae vers la surface de la comète, exploit de haute précision même si l'engin s'est retrouvé coincé dans une fissure plongée dans l'ombre, sans pouvoir être rechargé en énergie solaire.

Rosetta a détecté des composés organiques sur la comète, renforçant l'idée que les comètes ont répandu les éléments chimiques de base de la vie, il y a longtemps, sur Terre et dans le système solaire.

"Nous n'avons fait qu'effleurer la surface de la science. Cette mission s'achève, mais la science va se poursuivre de nombreuses années", a poursuivi Matt Taylor.

Pour Daniel Brown, expert en astronomie à la Trent University de Nottingham, les images envoyées par la mission Rosetta auront été "aussi puissantes que les premiers pas de Neil Armstrong sur la Lune".

(Eric Faye et Henri-Pierre André pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant