La mission ExoMars 2016 expliquée en une minute

le
0
La fusée russe Proton décolle de la base de Baïkonour au Kazakhstan, transportant avec elle la sonde et l'atterisseur de la mission ExoMars 2016.
La fusée russe Proton décolle de la base de Baïkonour au Kazakhstan, transportant avec elle la sonde et l'atterisseur de la mission ExoMars 2016.

A 10 h 31, le 14 mars 2016, la mission ExoMars 2016 a été lancée depuis Baïkonour au Kazakhstan. À son bord, deux équipements : une sonde détectrice de gaz, baptisée TGO pour Trace Gas Orbiter et un robot atterrisseur nommé Schiaparelli. Les deux appareils ont été lancés par une fusée russe Proton. Après un voyage de sept mois et un trajet de près de 496 millions de kilomètres, l'atterrisseur se séparera de la sonde pour se poser sur la planète rouge le 19 octobre prochain. La sonde, elle, se placera alors en orbite autour de Mars.

Cette mission a deux principaux objectifs. La sonde doit analyser les gaz de l'atmosphère martienne. Elle cherchera notamment des traces de méthane, qui pourraient prouver la présence de vie sur Mars. Le robot atterrisseur, quant à lui, doit démontrer que l'Europe est capable de se poser sur Mars.

En développement depuis 2010, cette mission initialement imaginée dans le cadre d'un partenariat entre l'ESA (Agence spatiale européenne) et la Nasa (Agence spatiale américaine) a finalement été conduite en collaboration avec Roscosmos (Agence spatiale fédérale russe).

Si ExoMars est la 46e mission envoyée sur Mars, il s'agit cependant de la toute première grande mission européenne d'exploration de la planète rouge. La deuxième partie de la mission devrait se dérouler entre 2018 et 2020. Avec cette fois-ci pour objectif de forer le sol...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant