La météo exécrable a démotivé les skieurs en février

le
1

INFOGRAPHIES - La fréquentation des pistes durant les vacances de février s'est établie en recul de 7 % par rapport à la moyenne des quatre précédents hivers. En revanche, hôteliers et restaurateurs, se disent satisfaits.

La pluie, le vent et la neige ont plombé l'activité des stations de ski pendant les vacances de février, une période clé pour les professionnels car elle représente un tiers de l'activité hivernale des domaines. «L'absence de beau temps contraste pour cette période avec la saison passée. La consommation ski des clientèles de proximité s'en est trouvée affectée, mais également celle des clientèles de séjour», constate Domaines skiables de France (DSF), qui fédère plus de 200 opérateurs de remontées mécaniques en France, dans une note de conjoncture publiée jeudi. «Les vacances de février s'achèvent sur un bilan mitigé. Pour ces quatre semaines (...), la fréquentation s'est établie 7 % au-dessous de la moyenne des quatre précédents hivers»

Ces vacances quelque peu gâchées par le mauvais temps «viennent après un début de saison particulièrement difficile», malgré un mois de janvier «convenable», soulignent les professionnels. «Pour beaucoup de petites stations, l'enneigement resté déficitaire en février 2016 s'est ajouté à un Noël souvent sans neige ce qui provoque des situations économiques très délicates.» Au final, la fréquentation nationale affiche un recul de 7% en cumul depuis le début de la saison, par rapport à l'hiver précédent.

Les situations diffèrent toutefois beaucoup d'un massif à l'autre, et à l'intérieur d'un même massif. DSF note que les domaines d'altitude ont tiré leur épingle du jeu. La fréquentation des stations de ski de Savoie et Haute-Savoie a été «satisfaisante» pendant les vacances d'hiver avec un taux de remplissage moyen de 84% sur les trois premières semaines, s'est félicité notamment l'organisme Savoie Mont-Blanc Tourisme. D'après les chiffres de DSF, les domaines skiables de ces deux régions ont limité la casse avec un recul de 4% de fréquentation en cumul depuis le début de la saison. Les domaines de l'Isère et de la Drôme, à titre de comparaison, enregistrent une baisse de 11%, ceux du Massif Central de 23% et ceux du Massif Jurassien de 25%!

S'ils ont boudé les pistes de ski, les vacanciers sont restés fidèles aux commerces et restaurants, selon un autre bilan publié par l'Association nationale des maires des stations de montagne (ANMSM) et Atout France, qui observent une «stabilité de la consommation» des touristes. À noter que les visiteurs étrangers soutient ce bilan: «Les Belges se trouvent sur la première marche du podium de la clientèle internationale dans les stations, quelle que soit leur taille (...) devant les Britanniques.» L'étude, enfin, souligne que la tendance aux réservations de dernière minute -sur laquelle l'effet météo pèse beaucoup - se confirme d'année en année. «Nous avons observé une tendance conséquente de réservations tardives, y compris pour la période des vacances d'hiver, liée certainement à un attentisme face aux conditions d'enneigement et de skiabilité», note Charles-Ange Ginésy, président de l'ANMSM.

Malgré un début de saison en demi-teinte, les professionnels du ski restent optimistes. Ils «se tournent vers le mois de mars et le ‘Printemps du ski', avec des niveaux de fréquentation qui pourraient permettre de réduire le retard pris en début de saison». Il faut dire que le calendrier scolaire est plutôt favorable cette année. Les vacances de printemps, qui étaient décalées sur le mois de mai ces dernières années, «se dérouleront sur le mois d'avril, donc à l'intérieur de la période d'enneigement», se console DSF.

»» Retrouvez le Figaro Economie sur sa page Facebook

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.contan le samedi 12 mar 2016 à 22:49

    oui en montagne cela peut arriver de neiger lol