La majorité socialiste à l'Assemblée encore affaiblie

le
5
LE PS SUR LE POINT DE PERDRE LA MAJORITÉ ABSOLUE À L'ASSEMBLÉE
LE PS SUR LE POINT DE PERDRE LA MAJORITÉ ABSOLUE À L'ASSEMBLÉE

PARIS (Reuters) - Le groupe socialiste de l'Assemblée est sur le point de perdre sa majorité absolue à l'Assemblée nationale avec la défection d'un député qui s'apprête à rejoindre les radicaux de gauche, a-t-on appris mardi de sources parlementaires.

La majorité absolue, fixée à 289 sièges, dont dispose le PS est déjà virtuelle depuis la démission le 4 novembre dernier de Pierre Moscovici devenu commissaire européen.

Une élection législative partielle est prévue les 1er et 8 février dans la quatrième circonscription du Doubs pour le remplacer mais les chances du candidat socialiste sont ténues, Pierre Moscovici ayant été élu en juin 2012 avec 49% des voix lors d'une triangulaire face à l'UMP et au Front national.

Mais même en cas d'hypothétique victoire dans le Doubs, le sort de la majorité absolue du PS apparaît déjà scellé.

Jean-Pierre Maggi, député de la huitième circonscription des Bouches-du-Rhône depuis 2012 après la mort d'Olivier Ferrand, dont il était le suppléant, s'apprête selon plusieurs sources à quitter le groupe PS pour rejoindre les radicaux de gauche.

"Il nous a fait part de sa volonté de changer de groupe pour nous rejoindre", a-t-on déclaré mardi au groupe des radicaux de gauche en rappelant que l'an passé l'élu s'était déjà apparenté au Parti radical de gauche (PRG).

Le groupe socialiste peut toutefois compter sur les deux socialistes qui en ont été exclus pour des raisons judiciaires, Sylvie Andrieux et Thomas Thévenoud, ainsi que sur son plus fidèle allié, le groupe des radicaux de gauche qui, avec le ralliement de Jean-Pierre Maggi, rassemblerait 18 députés, soit autant que celui des écologistes.

Actuellement, le groupe PS et apparentés compte 288 élus, l'UMP 198, l'UDI (centriste) 30, les écologistes 18, les radicaux de gauche 17 et le Front de gauche 15.

Au Sénat, la droite est redevenue majoritaire après le scrutin du 28 septembre dernier. La gauche n'y détenait qu'une faible majorité devenue vite virtuelle du fait du vote très souvent négatif du Front de gauche et parfois des écologistes.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mardi 6 jan 2015 à 19:55

    Si qqs uns d’entre nous avaient encore qqs doutes sur la corruption de nos institutions, on est en droit de penser que le voile est définitivement levé sur cette mascarade…OYEZ…Braves gens, continuez à vs échiner dans toute une vie de durs labeurs, pendant que ces thuriféraires du pouvoir ns encensent sans vergogne…A quand le copié/collé de 1789… ??? La Veuve Guillotin piaffe d’impatience du fond de son

  • M2895393 le mardi 6 jan 2015 à 18:20

    de toute façon ils voteront toutes les lois , car si il y a élection combien reviendront? une cinquantaine au maximum, et ca ils le savent aussi préfèrent ils avoir encore 2 ans de boni, la nouvelle chambre a 90% UMP ou rassemblement des copains sera élue pour au maximum 1/3 des Français ,et si l'un deux décroche la présidence ce sera une autre dictature, il est temps de changer les règles .....

  • lm123457 le mardi 6 jan 2015 à 15:05

    Je ne leur pardonnerai jamais d'avoir fait une loi qui légalise le mensogne dans la filiation pour les enfants. C'est Taubi.ra qui l'a annoncé juste après la loi : il y aura des livrets de "famille" pour les gays, pour les lesbiennes et les couples. Deux hommes auront donc le droit de dire à un enfant, "nous sommes tes deux pères et tu n'as pas de mère". C'est ca le Progrès de la Gauche. Que les ouvriers s'en souviennent. Cf. livre de Alexis Escudéro.

  • nono67 le mardi 6 jan 2015 à 14:35

    ca c'est sur le ps peut compter sur thevenoud, qui a été exclus du ps pour faire bonne figure mais qui vote tous les textes ps . C'est bien le minimum à 7000 euros par mois plus les avantages .

  • M7361806 le mardi 6 jan 2015 à 13:49

    Rien à craindre , le PRG présidé par Jean-Michel BAYLET est le parti gaudillot du PS a placé copains et copine au gouvernement depuis SON soutien est inconditionel.Toutefois la réciprocité n'est pas assurée , BAYLET millardaire héritier, notable régional, grand patron de presse , homme de gauche vient d'étre battu aux sénatoriales , les socialistes ont préféré reporter leus voix sur un UMP !