La France reste numéro un des dépenses sociales

le
4
LA FRANCE PREMIÈRE DU CLASSEMENT DE L'OCDE POUR LES DÉPENSES SOCIALES
LA FRANCE PREMIÈRE DU CLASSEMENT DE L'OCDE POUR LES DÉPENSES SOCIALES

PARIS (Reuters) - Les dépenses sociales publiques restent à des niveaux historiquement élevés dans la majorité des pays de l'OCDE, notamment en France où leur part dans le produit intérieur brut (PIB) est la plus forte, selon des données publiées jeudi.

L'Organisation de coopération et développement économiques prévoit que ces dépenses s'élèveront à 31,5% du PIB cette année, en recul de 0,2 point par rapport à 2015. Ce chiffre reste proche du record de 31,9% observé en 2014.

Derrière la France, la Finlande (30,8%) et la Belgique (29%) complètent le podium, largement au-dessus de la moyenne de l'OCDE qui devrait s'établir à 21% du PIB pour 2016.

Ce chiffre correspond au niveau moyen observé dans la zone OCDE depuis 2009, au plus fort de la crise.

Le poste de dépenses sociales publiques le plus important reste celui des pensions de retraites, avec en 2013 une part de 7,7% du PIB en moyenne dans la zone OCDE (12,6% pour la France, troisième du classement).

Sous l'effet combiné de l'allongement de l'espérance de vie et de l'augmentation du nombre de retraités, les dépenses publiques pour les pensions de retraites en valeur réelle ont augmenté entre 2010 et 2013 dans l'ensemble des pays OCDE à l'exception de l'Estonie et de la Pologne, relève l'organisation.

Les dépenses de santé suivent celles liées aux retraites, à 6% en moyenne pour l'ensemble des pays membres de l'OCDE. La France, qui consacre l'équivalent de 8,6% de son PIB à ce poste, domine ce classement.

La proportion des dépenses sociales publiques consacrées aux prestations familiales et au chômage sont bien plus modestes, à 2,1% et 0,9% du PIB respectivement en moyenne OCDE.

La hiérarchie des pays en termes de dépenses sociales varie fortement lorsque l'on prend également en compte les dépenses privées.

Dans ce cas, les Etats-Unis - où la part des dépenses privées s'élève à 11% du PIB contre 2,7% en moyenne dans la zone OCDE - passe du 24e rang au deuxième, juste derrière la France.

(Myriam Rivet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • michevey il y a un mois

    Pour être sérieux....., si nos gouvernants successifs avaient anticipé sur la démographie, l'espérance de vie, les modes de financement et les réformes structurelles, au lieu de faire à chaque mandat de "l'électoralisme primaire" nous n'en serions pas à ce stade ! Ce n'est un problème de "français assistés" mais de politiques irresponsables !

  • michevey il y a un mois

    Supprimons les retraités..en mauvaise santé...!!!

  • frk987 il y a un mois

    Le problème est plus complexe, depuis 1946, il est dans l'idée des français que retraite et santé c'est le rôle de l'Etat providence. Changer cette mentalité d'assistés prendra une génération...si le système ne s'écroule pas de lui même avant. Privatisez les retraites, privatisez les assurances santé..et vous allez voir un miracle se produire.

  • opelin il y a un mois

    Pour les retraites c'est normal nous sommes le pays où on prend sa retraite le plus tôt. Et pour la sécu ... il y a qu'à voir le scandale sur les médicaments anti-Alzheimer pour avoir des explications.

Partenaires Taux