La France, l'un des pays les plus chers d'Europe pour faire garder ses enfants

le
0

INFOGRAPHIE - Selon une étude publiée par Yoopies, entreprise spécialisée du secteur, le coût de la garde d'enfants est bien plus élevé dans l'Hexagone que chez nos voisins européens, à niveau de vie équivalent.

Voilà un podium dont les ménages avec enfants se seraient bien passés. D'après une étude réalisée par la société Yoopies, spécialisée dans le baby-sitting et la mise en relation entre parents et professionnel(le)s de garde, l'Hexagone est en effet le troisième pays le plus cher d'Europe de l'Ouest pour la garde d'enfants.

Pour aboutir à ce résultat, Yoopies a scruté 500.000 tarifs de professionnels proposant leurs services, répartis sur les dix pays où l'entreprise recense des offres de garde d'enfants. Conclusion: le salaire net moyen d'une baby-sitter en France s'élève à 8,65 euros de l'heure (sur un échantillon d'un peu plus de 250.000 professionnels du baby-sitting référencés en France). Un montant qui positionne la France derrière la Suisse (14,92 euros) et le Royaume-Uni (13,52 euros), seuls pays à dépasser le palier symbolique des 10 euros de l'heure. En France, le salaire moyen n'est guère plus élevé que le Smic horaire net (7,53 euros en 2015) mais cela suffit néanmoins pour hisser la France sur le podium.

Le parcours du combattant pour les aides

De plus l'étude utilise notamment le salaire net, qui ne représente pas l'intégralité de ce que devra verser un ménage pour la garde: le versement des charges salariales et patronales font grimper l'heure à 15,20 euros «tout compris» en moyenne. Et même si la politique sociale française permet d'obtenir des aides pour faire garder ses enfants (crédit d'impôts ou complément libre choix de mode de garde entre autres...), la complexité des dispositifs rebute certains parents.

Et malgré les tarifs élevés, c'est bien ce dernier facteur qui, d'après Yoopies, génère le plus de tensions et de problèmes chez ceux qui cherchent à faire garder leur(s) enfant(s). «Au-delà du prix, de très nombreux parents ne comprennent pas ce à quoi ils ont droit exactement. Quand ils se rendent à la CAF, ils peuvent avoir plusieurs versions différentes des allocations qu'ils peuvent toucher, et toujours avec des explications orales, très peu de réponses écrites sur lesquelles s'appuyer, explique Yoopies au Figaro. Ils sont noyés sous les témoignages, notamment sur Internet. Les forums regorgent d'informations contradictoires et les parents s'identifient à des cas qui ne correspondent en rien au leur.»

Conséquence du duo «coût du service + complexité des aides»: la proportion importante du secteur informel dans le domaine de la garde d'enfants. Selon une étude 02-Market Audit en 2013, 54% des baby-sitters avait au moins une partie, si ce n'est l'intégralité, de leurs prestations réglées au noir.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant