La France commémore les attentats du 13 novembre

le , mis à jour à 11:57
0
HOMMAGE AUX VICTIMES DES ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE 2015
HOMMAGE AUX VICTIMES DES ATTENTATS DU 13 NOVEMBRE 2015

PARIS (Reuters) - Un an après les attentats du 13 novembre, la France a rendu dimanche un hommage aux victimes empreint de sobriété, à la demande des associations qui les représentent, sur les sites des attaques qui ont fait 130 morts et des centaines de blessés à Paris et à Saint-Denis.

Le président François Hollande et la maire de Paris Anne Hidalgo se sont rendus en premier lieu devant le stade de France à Saint-Denis pour y dévoiler une plaque commémorative rendant hommage à la première victime du commando kamikaze.

"A la mémoire de Manuel Dias et en respect aux nombreux blessés et victimes du terrorisme sur ce lieu le soir du 13 novembre 2015. Manuel Dias 28.4.1952-13.11.2015", pouvait-on lire.

Après une minute de silence et le dépôt d'une gerbe, le fils de la victime a lu un texte personnel sur son père et la tolérance. "Vive la tolérance, vive l'intelligence et vive la France", a-t-il dit.

Le chef de l'Etat et la maire de Paris se sont ensuite rendus devant quatre bars et restaurants des Xe et XIe arrondissements de la capitale, puis devant la salle de concert du Bataclan, où l'hommage a été rendu sous haute sécurité.

Après le dévoilement d'une plaque commémorative, les noms des 90 victimes de la salle de concert ont été lus par un homme et une femme.

François Hollande, qui a salué des proches de victimes, n'a pas prononcé de discours pour respecter la "sobriété" désirée par les familles qui craignaient une récupération politique à six mois de l'élection présidentielle.

Un rassemblement public a été ensuite organisé par l'association "Life for Paris" devant le lieu symbolique de la mairie du XIe arrondissement, avec un lâcher de ballons pour représenter les victimes dans leur ensemble et leur diversité.

Il devait s'achever par un hommage musical d'une pianiste qui est intervenue dans la nuit du 13 novembre 2015 en tant que personnel soignant, et par un chœur de gospel qui devait offrir un chant d'espoir.

L'association "13 novembre : fraternité et vérité" organisait pour sa part "un moment de recueillement et de fraternité entre victimes et proches de victimes" et n'a pas souhaité la présence de politiques ou de médias.

"GRANDE SOBRIÉTÉ"

"Ces cérémonies sont marquées par une grande sobriété, en laissant place autant que possible au recueillement spontané de tous les Parisiens", indique pour sa part la municipalité.

Une partie des sept mille hommages collectés sur les lieux des attentats par les Archives de Paris et les équipes de la Direction de la propreté et de l'environnement ont également été mis en ligne sur une section spéciale du site paris.fr.

"Ces images rendront compte de la cohésion et de la solidarité des Parisiens au lendemain de ces événements tragiques", a précisé la mairie.

Dans la soirée, le hashtag #1fenêtre1bougie, lancé sur les réseaux sociaux, propose à tous les Parisiens de mettre une bougie à leur fenêtre.

Samedi soir, un concert de Sting a redonné vie au Bataclan. Quelque 1.500 personnes, dont des survivants et des familles des victimes, ont assisté au concert du chanteur britannique, qui a entamé son tour de chant par une minute de silence à la mémoire des disparus. 90 personnes ont péri dans l'attaque de la salle parisienne.

"Ce soir nous avons deux tâches à concilier : d'abord se souvenir, honorer ceux qui ont perdu la vie dans l'attaque il y a un an. Ensuite, célébrer la vie, la musique que représente cette salle de spectacle historique" a déclaré Sting en français.

(Gérard Bon avec Elizabeth Pineau, édité par Danielle Rouquié)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant