"La fidélité d'Alain Juppé à Jacques Chirac est un mythe"

le
1
Édouard Balladur, Alain Juppé et Jacques Chirac participent aux assises du RPR à la Porte de Versailles à Paris le 24 mai 1987.
Édouard Balladur, Alain Juppé et Jacques Chirac participent aux assises du RPR à la Porte de Versailles à Paris le 24 mai 1987.

Yves Marek a été délégué général auprès de Bernard Pons de l'Association des amis de Jacques Chirac et le directeur de cabinet (1995) de François Baroin lorsqu'il était porte-parole du gouvernement d'Alain Juppé. Ami proche de François Baroin, qui a rallié Nicolas Sarkozy dans la primaire, il revient sur les raisons du ressentiment de François Baroin envers Alain Juppé. Selon lui, Baroin s'est dressé contre Alain Juppé qui orchestrait la chute de Jacques Chirac.

Le Point : Jacques Chirac a désigné François Baroin comme son héritier. Pourquoi ce dernier n'est-il pas derrière Alain Juppé ?

Yves Marek : C'est un choix de fond et en cohérence précisément avec la tradition politique chiraquienne. La rupture date du premier jour du septennat Chirac : François (Baroin, NDLR) a protégé Jacques Chirac d'un coup de poignard dans le dos de Juppé, qui a mis Chirac en rage. Il a tenté de déplacer les comptes rendus de conseil des ministres à Matignon pour s'arroger plus de pouvoir. Chirac en a voulu à Juppé et lui a dit sa façon de penser. Résultat : Juppé a dit qu'il aurait la peau de François Baroin au prochain remaniement. Juppé est rancunier.

François a vite compris, comme il l?a raconté, que le vrai but de Juppé, c?était l?élimination des chiraquiens

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • jbellet il y a 5 mois

    un journaliste qui roule pour sarko