La droite reste divisée sur le mariage homosexuel

le
3
LA DROITE RESTE DIVISÉE SUR LE MARIAGE HOMOSEXUEL
LA DROITE RESTE DIVISÉE SUR LE MARIAGE HOMOSEXUEL

PARIS (Reuters) - Répétition du prénom d'Emmanuelle Cosse au dernier paragraphe.

La droite reste divisée, jusque dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, sur le sort du mariage homosexuel, principale réforme sociétale de son successeur socialiste, François Hollande.

L'ex-chef de l'Etat, candidat à la présidence de l'UMP, a donné un nouveau coup de barre à droite ce week-end en cédant aux partisans d'une abrogation de la loi Taubira sur le mariage pour tous, qu'il a dit vouloir réécrire "de fond en comble".

Cette inflexion n'est pas du goût d'un de ses principaux soutiens, l'ancienne ministre Nathalie Kosciuskot-Morizet, qui fut aussi sa porte-parole pendant la campagne perdue de 2012.

"Je ne suis pas du tout d'accord avec cette orientation. Je crois que l'abrogation de la loi Taubira n'est ni souhaitable ni possible", a-t-elle déclaré lundi sur Europe 1. "Le Conseil constitutionnel a une jurisprudence constante, il ne revient pas sur de nouveaux droits qui ont été donnés."

Elle a également dit ne pas être favorable à une réécriture de la loi, sauf peut-être pour préciser ses dispositions sur la procréation médicalement assistée et la gestation pour autrui.

Elle a ainsi jugé ni possible ni souhaitable la coexistence de deux types de mariages, l'un pour les hétérosexuels, l'autre pour les homosexuels, comme le propose Nicolas Sarkozy.

Nathalie Kosciusko-Morizet avait déjà pris ses distances avec Nicolas Sarkozy sur le dossier de l'exploitation des gaz de schiste, sur lequel l'ex-chef de l'Etat a opéré un revirement en s'y disant désormais favorable.

"PAS HUMAINEMENT RÉALISTE"

Le principal rival de Nicolas Sarkozy pour la présidence de l'UMP, Bruno Le Maire, est contre toute idée d'abrogation de la loi Taubira, de même que d'autres ténors de l'UMP.

Une autre de ses anciennes ministres, Valérie Pécresse, proche de l'ancien Premier ministre François Fillon, a ainsi jugé qu'une abrogation n'était "pas humainement réaliste".

Face à ces prises de position, le porte-parole de campagne de Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin, a estimé sur BFM TV et RMC que l'ancien chef de l'Etat avait choisi "la position la plus courageuse" et "une position de rassemblement".

A gauche, le premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadelis, a estimé sur France 2 que les dirigeants de l'UMP étaient en pleine contradiction entre ce qu'ils pensent "pouvoir faire" et "une base qui est très à droite".

Il a estimé qu'il serait en tout état de cause très difficile pour la droite, juridiquement et politiquement, en cas de retour au pouvoir, de revenir sur le mariage pour tous.

"Je n'imagine pas une seule seconde qu'on puisse démarier ceux qui ont été mariés. Et ensuite il y aura une opposition féroce et fondamentale dans le pays parce que majoritairement le pays accepte maintenant cette loi", a-t-il dit.

La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, Emmanuelle Cosse, a pour sa part jugé "absolument navrant", sur Radio Classique et LCI, que Nicolas Sarkozy "utilise les homosexuels pour des vues politiciennes".

(Emmanuel Jarry, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7651794 le lundi 17 nov 2014 à 13:34

    et voila encore ce sujet sociétal clivant sur le devant de la scéne....assez passons a des sujets qui touchent le plus grand nombre et qui ne sont meme pas évoqués. Que propose donc la droite comme solution au chomage ? A l endettement ? A l explosion de la misère ? A l impossibilité de se loger dans les zones ou sont situés les emplois ? et j en oublie...

  • dupon666 le lundi 17 nov 2014 à 12:42

    decadence occidentale...

  • dotcom1 le lundi 17 nov 2014 à 12:22

    Autant qu'au PS si je me souviens bien.