La discrimination à l'embauche : le gouvernement se mobilise

le
4

Trois salariés sur dix disent avoir été victimes de discrimination à l’embauche, c’est-à-dire s’être vu refuser un entretien ou un poste sur des critères personnels et sans rapport avec l’emploi visé. Ce genre d’injustice est pourtant puni par la loi et fait l’objet d’une campagne de sensibilisation dont le slogan est « Les compétences d’abord ».

Un test effectué auprès d'entreprises de tous secteurs

Une expérience va être conduite auprès des entreprises et des administrations de plus de 1000 salariés. De fausses candidatures seront envoyées, chacune comportant l’un des 20 motifs de discrimination définis par la loi, comme l'âge, l’apparence, l’appartenance ethnique, la religion, l’état de santé ou encore l’orientation sexuelle. Une fois les résultats publiés en septembre 2016, les entreprises testées devront faire le bilan de leurs résultats et mettre en place des mesures correctives. La Belgique et la France sont les seuls pays européens à reconnaître légalement l’apparence physique comme motif de discrimination, bien que la notion reste floue.

Un recours pour les victimes de discriminations

Le Défenseur des droits, une autorité constitutionnelle indépendante qui lutte contre les discriminations, a mis en place un outil en ligne pour recueillir les témoignages des candidats de moins de 35 ans victimes de discrimination à l’embauche en raison de leur origine. La victime peut également porter plainte au commissariat ou à la gendarmerie. L’inspection du travail (Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l'emploi), est également compétente pour recevoir et enquêter sur ces signalements. Toute discrimination à l’embauche est passible de 3 ans de prison et de 45 000 € d'amende.

Une campagne qui mise aussi sur le positif

La campagne « Les compétences d’abord » a prévu de publier une étude pour démontrer le coût des discriminations pour la société. Si les citoyens ne peuvent évoluer conformément à leur potentiel et leur niveau de formation, les entreprises elles-mêmes se privent en effet de talents divers. Enfin, un label diversité sera remis aux entreprises ayant adopté des mesures efficaces contre les discriminations.

Trucs et astuces

Certains préjugés sont profondément ancrés, parfois à notre insu. La Ville de Paris et l’Observatoire des discriminations de l’Université Paris 1 nous proposent de tester nos préjugés sur http://paris.observatoiredesdiscriminations.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1945416 il y a 7 mois

    et à la RATP?? on vient d'apprendre que plein d'employés sont fiché S, cad des conducteurs de bus, de métro , à qui on confit la vie des gens … Valls et sa discrimination d'embauche , pour attaquer un patron s'il préférait le français de souche… il dit quoi maintenant à la RATP?? qui sera responsable en cas de pb??

  • NociSk il y a 7 mois

    FUmisterie social0pe, comme pour le délit de faciès, on nous prend vraiment pour des buses... Si les flics ne contrôlent plus à la gu3ule on est dans la mouise les enfants...

  • NociSk il y a 7 mois

    Comme d'hab, la bien pensance socialiste dans toute sa splendeur. Je suis entrepreneur et j'embauche qui je veux, selon mes critères, et ce n'est certainement pas ce genre de mesure qui me feront changer d'avis. De toute façon, c'es de l'enfumage, y a de moins en moins de taf... Sauf pour nos élus privilégiés.

  • kram123 il y a 7 mois

    T'as le droit de choisir ta voiture mais pas ton employé...mais bon la n'est pas le pb...y a pas de boulot, c'est la qu'on dde qu'ils agissent.....nos gouvernants sont useless