La dictée du "Point" #12 : le corrigé de "Ma dictée d'outre-tombe"

le
0
Bernard Pivot, le 5 mai 2015 
Bernard Pivot, le 5 mai 2015 

Bernard Pivot a souhaité rendre hommage à Prosper Mérimée à l'occasion du bicentenaire de la naissance de l'auteur français. Il a composé « Ma dictée d'outre-tombe » (écoutez-la ici), une suite à la fameuse dictée de Compiègne, ce texte réputé pour être le plus difficile à orthographier de la langue française et attribué à Mérimée.

Moi, Napoléon III, empereur des Français, je le déclare solennellement aux ayants droit de ma postérité et aux non-voyants de ma légende : mes soixante-quinze fautes à la dictée de Mérimée, c'est du pipeau ! De la désinformation circonstancielle ! De l'esbroufe républicaine ! Une coquecigrue de hugoliens logorrhéiques ! Quels que soient et quelque bizarroïdes qu'aient pu paraître la dictée, ses tournures ambiguës, Saint-Adresse, la douairière, les arrhes versées et le cuisseau de veau, j'étais maître du sujet comme de mes trente-sept millions d'autres. Pourvus d'antisèches par notre très cher Prosper, Eugénie et moi nous nous sommes plu à glisser çà et là quelques fautes. Trop sans doute. Plus que le cynique prince de Metternich, à qui ce fieffé coquin de Mérimée avait probablement passé copie du manuscrit. En échange de quoi ? D'un cuissot de chevreuil du Tyrol ?

Quelques pièges qu'il fallait éviter

« Ayants droit » : le substantif « ayant droit » s'écrit sans trait d'union. Au pluriel, on...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant